Cet homme fait partie des 37 migrants secourus le 26 septembre par les garde-côtes espagnols au large des îles Canaries. Crédit : Reuters
Cet homme fait partie des 37 migrants secourus le 26 septembre par les garde-côtes espagnols au large des îles Canaries. Crédit : Reuters

Cinquante-trois migrants africains sont arrivés sur deux des îles de l’archipel espagnol des Canaries mercredi et jeudi. Si moins de migrants atteignent l’Espagne continentale ces derniers mois, ils sont, en revanche, de plus en plus nombreux à arriver aux Canaries depuis la côte marocaine.

Plusieurs dizaines de migrants africains ont été secourus, jeudi 26 septembre, dans les eaux territoriales espagnoles à six miles nautiques de l’archipel des Canaries.

Selon les garde-côtes espagnols, les 37 rescapés qui se trouvaient à bord d’une petite barque en bois étaient partis du littoral marocain. Il s’agit de migrants subsahariens, tous des hommes et un enfant. “Aucun transfert vers un centre de santé n’a été nécessaire”, ont indiqué les services d’urgence des Canaries sur leur compte Twitter.

>> À (re)lire : Le sud du Maroc : nouveau point de départ des migrants marocains vers les Canaries ?

Secourus au large de Gran Canaria, ils ont été déposés au port du village de pêcheurs de Arguineguín, dans le sud de l'île pour leur prise en charge sanitaire et administrative.

La veille, une autre embarcation de migrants comptant huit hommes, une femme et sept enfants est arrivée dans la zone côtière de Barranco del Quíquere sur l’île de Lanzarote, la plus au nord de l’archipel. Les 16 migrants sont tous en bonne santé, selon les services d’urgence des Canaries.

Alors que les arrivées de migrants à l'échelle de toute l’Espagne sont en baisse de 46% par rapport à la même période l’année dernière, les îles Canaries, pour leur part, ont connu une augmentation de 37%, selon les données du ministère de l'intérieur espagnol.

La traversée vers les îles situées dans l'océan Atlantique au large la côte marocaine est devenue une voie dangereuse pour les migrants ces dernières années. Des dizaines de personnes sont mortes en 2018 en tentant de traverser, selon l'Organisation internationale des migrations.

 

Et aussi