©Abdullah DOMA/AFP | Des migrants dans un centre de détention, en Libye avant d'être rapatriés dans leur pays, le 2 décembre 2017.
©Abdullah DOMA/AFP | Des migrants dans un centre de détention, en Libye avant d'être rapatriés dans leur pays, le 2 décembre 2017.

Le Parti social Imberakuri, d'opposition, dénonce l'accord signé entre le Rwanda, la Libye et les instances onusiennes visant à rapatrier des migrants africains de Libye, critiquant une mesure de « diversion ».

Au Rwanda, le Parti social Imberakuri, d'opposition, lance un appel au Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et à la Commission des Nations unies aux droits de l'homme afin qu'elles suspendent le rapatriement des réfugiés de Libye au Rwanda. Le Rwanda a accueilli le 26 septembre dernier le premier groupe de réfugiés et demandeurs d'asile en provenance de Libye, dans le cadre d'un accord signé récemment entre ce pays, le HCR et l'Union africaine. Mais pour Bernard Ntaganda, fondateur du Parti social Imberakuri, le régime de Kigali a un agenda caché et « trompe la vigilance de la communauté internationale » avec cet accord.

« Masque de circonstance »

« Le régime de Kigali viole les droits de la personne, déclare-t-il. Il est donc très étonnant qu'on ait accepté que ce régime soit allé en Libye pour récupérer ces réfugiés. Cet accord est une prime donnée au gouvernement rwandais. Ce gouvernement, en 2018, a tué de sang-froid, les réfugiés congolais lorsqu'ils ont organisé des manifestations réprimées par les services de sécurité dont la police ».

« Par ailleurs, il y a beaucoup de réfugiés rwandais dans d'autres pays à cause de la mauvaise gouvernance du gouvernement rwandais, poursuit Bernard Ntaganda. Si ce gouvernement est animé par cet esprit de magnanimité, il devrait commencer par le rapatriement des réfugiés rwandais dans la dignité dans leur pays. Voilà le problème. Pour nous, c'est un masque de circonstance destiné à faire diversion aux violences commises par le régime rwandais ».

►À lire aussi : Accueil de migrants évacués de Libye: «Un bon coup politique» pour le Rwanda

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi