Un enfant dans le camp de Moria, à Lesbos, en octobre 2019. Crédit : InfoMigrants
Un enfant dans le camp de Moria, à Lesbos, en octobre 2019. Crédit : InfoMigrants

Un peu plus d'une semaine après l'incendie d'un container d'habitations dans le camp de Moria, qui a entraîné la mort d'une femme afghane, le gouvernement grec a procédé au transfert de plus de 500 personnes vers le continent. Le camp de Moria, qui compte plus de 13 000 personnes, dont 40 % d'enfants, est complètement saturé.

Environ 500 demandeurs d'asile ont été autorisés dimanche 6 octobre à quitter le camp de Moria à Lesbos à destination de la Grèce continentale dans un contexte tendu en raison des incidents de la semaine dernière sur cette île de la mer Egée.

Ce transfert intervient une semaine après la mort d'une Afghane à Moria lors d'un incendie de container d'habitation. Le feu avait été suivi d'une vague de protestations des migrants contre les conditions "inhumaines" de ce camp, le plus surpeuplé d'Europe.

"Finalement nous quittons l'enfer de Moria", s'est réjoui Fayiout Beniz, un Afghan qui tenait dans ses bras sa fille de sept mois.

La majorité des demandeurs d'asile quittant Lesbos à bord d'un ferry, étaient des familles afghanes et iraniennes. Ils étaient en train de prendre des selfies et d'appeler leurs proches pour les informer. Fayiout était arrivé à Moria il y a onze mois : "Tout le monde se disputait, on faisait la queue pendant six heures pour avoir de la nourriture, nous n'avions pas de toilettes ni d'eau pour nous laver", a-t-il raconté à l'AFP.

>> À relire sur InfoMigrants : À Moria, la police, source de rumeurs et d’angoisse pour des milliers de migrants

Les demandeurs d'asile seront transférés au Pirée, grand port près d'Athènes, avant d'être conduits lundi à un camp dans le nord du pays, à Thessalonique, à 500 km de la capitale grecque.

A Moria la situation est explosive en raison de la reprise des arrivées des migrants et réfugiés : au total plus de 10 000 personnes ont débarqué sur l'île ces dernières semaines. 

Pour la première fois depuis 2016, la Grèce est redevenue cette année la principale porte d'entrée en Europe.

En raison de la situation "critique", le Haut commissariat des réfugiés (HCR) a exhorté mardi les autorités grecques à accélérer le projet de transférer sur le continent plus de 5 000 demandeurs d'asile.

Le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis, au pouvoir depuis trois mois, a annoncé le durcissement de la procédure d'asile pour faciliter le renvoi en Turquie des déboutés. Le nouveau projet de loi sur l'asile "sera juste" et "accélérera la procédure", a également assuré dimanche Georges Koumoutsakos, ministre adjoint de la Protection du citoyen, chargé du dossier des migrations.



 

Et aussi