Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.
Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.

Depuis quelques années, la pratique du yoga se développe un peu partout dans le monde. Mais à Beyrouth, au Liban, une jeune professeure de yoga, Sandy Boutros, a décidé de sortir ce sport des salles confortablement équipées pour le faire découvrir dans des camps de réfugiés, de façon bénévole.

Sandy Boutros dispense des cours dans le camp de réfugiés syriens de Tal Abbas, situé dans le Gouvernorat de l'Akkar, dans le nord du Liban, ainsi qu'à Chatila, un camp de réfugiés palestiniens installé à Beyrouth depuis 1948, auxquels sont venus s’ajouter des réfugiés syriens avec la guerre.

Dans notre émission, elle explique notamment : "Nous travaillons beaucoup sur la respiration, car la plupart des enfants, qui ont vécu beaucoup de traumatismes, ne savent plus respirer correctement. Nous travaillons beaucoup aussi sur la concentration. Car beaucoup d’entre eux ne vont pas à l’école, et ont perdu cette capacité de concentration." 


>> POUR EN SAVOIR PLUS SUR CETTE INITIATIVE : Au Liban, le yoga des laissés-pour-compte

Texte initialement publié sur : Les Observateurs

 

Et aussi