Un bateau des garde-côtes français dans La Manche. Crédit : PREMAR Manche / Twitter
Un bateau des garde-côtes français dans La Manche. Crédit : PREMAR Manche / Twitter

Des gendarmes français payés par le Royaume-Uni ont été déployés sur le littoral français pour tenter d'enrayer les traversées illicites de la Manche par des migrants, a annoncé mardi le ministère de l’Intérieur.

C’était l’une des mesures prévues par le plan d'action conjoint établi par le ministre français de l’Intérieur et son homologue britannique : des gendarmes réservistes "supplémentaires", payés par le Royaume-Uni, ont été déployés sur le littoral français. Ils doivent tenter d'enrayer les traversées illicites de la Manche par des migrants.

>> À lire : Toujours plus fréquentes et dangereuses : les traversées de La Manche, dernier espoir de rejoindre l’Angleterre

Deux personnes ont été retrouvées mortes sur une plage du Touquet lundi. Ces deux Irakiens âgés de 17 et 22 ans, ont "vraisemblablement" tenté la traversée sur la même embarcation, selon la préfecture du Pas-de-Calais.

Lors d'une rencontre à Beauvau le 29 août, Christophe Castaner et son homologue britannique Priti Patel s'étaient accordés sur un appui financier du Royaume-Uni à la France pour lutter contre ces traversées.

Ce plan d'action conjoint, qui venait s'ajouter aux 7 millions d'euros déjà engagés par les Britanniques, est entré en vigueur le 28 septembre, date à laquelle a démarré "le déploiement, sous financement britannique, de réservistes supplémentaires de la Gendarmerie nationale pour renforcer les patrouilles sur le littoral du Calaisis", a souligné le ministère français dans un communiqué.

>> À lire sur InfoMigrants : Un an de démantèlements à Calais : "Les migrants sont accros à la tentative de traverser"

"Le renforcement du plan d'action marque un degré d'engagement nouveau et très concret du Royaume-Uni", a jugé le ministre de l'Intérieur, cité dans le communiqué. "Enrayer ce phénomène est plus que jamais nécessaire non seulement pour réduire la pression migratoire dans les Hauts-de-France, mais aussi pour éviter de nouveaux drames humains", a insisté Christophe Castaner.

Les deux jeunes migrants retrouvés morts lundi portent à quatre le nombre de migrants décédés en 2019 en tentant de braver la Manche. Le 9 août, une Iranienne de 30 ans avait déjà péri après être tombée d'un bateau surchargé de migrants. Le 23 août, un Irakien ayant tenté de rejoindre l'Angleterre à la nage avait lui été retrouvé mort large de la Belgique.

La préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord avait comptabilisé fin août 1 473 migrants ayant tenté de rejoindre les côtes anglaises, contre 586 en 2018.

 

Et aussi