REUTERS/Antonio Parrinello | Alors que les femmes ne représentaient que 8% des Ivoiriens ayant débarqué en 2015, elles représentent 46% du total en 2019.
REUTERS/Antonio Parrinello | Alors que les femmes ne représentaient que 8% des Ivoiriens ayant débarqué en 2015, elles représentent 46% du total en 2019.

Le nombre d'Ivoiriennes réduites en esclavage dans des pays d’Afrique du Nord et d’Europe est en hausse, alerte l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Joséphine pensait devenir serveuse en Tunisie. Mais à l'arrivée, c'est l'enfer qui attend cette Ivoirienne de 28 ans : surexploitée dans une maison de 4h du matin à 11h du soir, mal nourrie, privée de liberté et de son passeport, victime également de violences sexuelles.

>> À relire : Esclave en Tunisie : le calvaire d'une migrante ivoirienne séquestrée par une riche famille de Tunis

Comme Joséphine, combien sont-elles à subir ces sévices en Tunisie, en Libye mais aussi en Europe ? Au moins plusieurs centaines d'après le communiqué publié vendredi par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui s'inquiète de l'explosion du nombre de ces Ivoiriennes. Cette année, et malgré une diminution du nombres de migrants originaires de Côte d'Ivoire arrivés par la mer, elles sont plus nombreuses que les hommes à débarquer sur les côtes italiennes. En 2015, elles n'étaient que 8 %, contre 46 % en 2019.

► À lire : le rapport de l'OIM sur les victimes de trafic d'êtres humains autour de la Méditerranée

Piégées

Une proportion d'autant plus préoccupante que l'immense majorité d'entre elles tombe dans des réseaux mafieux, notamment en Tunisie. Au départ, des recruteurs leur promettent du travail avec un faux contrat. Comme Joséphine, elles quittent facilement la Côte d'Ivoire. Mais au bout de trois mois, elles se retrouvent sans papiers et doivent s'acquitter de fortes amendes pour rentrer chez elles.

>> À voir en vidéo : l'histoire d'Emy, Ivoirienne séquestrée en Tunisie

C'est là que le piège se referme : de nouveaux intermédiaires ou des passeurs leur proposent soi-disant de sortir de cet enfer. Deux options : la Libye ou la mer. Très souvent au péril de leur vie. En juillet, une embarcation a fait naufrage. Parmi les victimes, il y avait des Ivoiriennes enceintes ou avec elles des bébés.

► À lire aussi :Côte d’Ivoire, «se cacher pour partir», le rêve d’Europe 

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi