Des émeutes ont éclaté dans le centre Hal-Far, à Malte, dimanche 20 octobre. Plusieurs voitures ont été incendiées. Crédit : Reuters
Des émeutes ont éclaté dans le centre Hal-Far, à Malte, dimanche 20 octobre. Plusieurs voitures ont été incendiées. Crédit : Reuters

Des émeutes ont éclaté dimanche soir dans le centre pour migrants de Halfar, situé derrière l’aéroport de Malte. Un policier a été blessé et au moins cinq voitures du personnel du centre ont été incendiées. Les migrants - qui affirment être prisonniers - ont pris le contrôle d’une partie des bâtiments avant un retour au calme, lundi matin.

Des émeutes ont éclaté dimanche 20 octobre, dans la soirée, dans le centre d'hébergement pour migrants, Halfar, à Malte. Un policier a été légèrement blessé et plusieurs voitures ont été brûlées. Des témoins ont déclaré que les migrants avaient également incendié plusieurs chambres.

Les protestataires ont pris le contrôle d’une partie du complexe, avant un retour au calme, lundi matin. Une soixantaine de personnes seraient impliquées dans les émeutes. Elles auraient lancé des projectiles vers les membres du centre. 

Selon le Times of Malta, la révolte a débuté vers 22h, après une altercation entre un migrant nigérian et un gardien de sécurité, qui a refusé de le laisser entrer suspectant un état d’ébriété. La dispute a éclaté quand le garde aurait tenté, par la force, de l'immobiliser. 

Un témoin, originaire du Soudan du Sud, a déclaré au journal maltais qu'il avait été réveillé par des "cris". "J'ai regardé dehors et j'ai vu qu'il y avait de la fumée noire qui montait vers le ciel. La fumée provenait de véhicules en feu".

Conditions de vie difficiles

Halfar est le plus grand centre d'hébergement de migrants à Malte, mais les allées et venues y sont contrôlées. Beaucoup de migrants se plaignent d'y être prisonniers. Une équipe d'InfoMigrants a tenté de s'y rendre ce mois-ci, mais n'a pas reçu d'autorisation. Les associations estiment qu'environ 1 500 personnes résident à Halfar. 

>> À lire : "En Italie, des passeurs nous font croire qu’on peut aller travailler à Malte et gagner de l’argent, c’est faux"

Les centres d’accueil de migrants à Malte sont saturés depuis l’arrivée de plusieurs centaines de personnes cet été. Les conditions de vie y sont réputées difficiles : entre 8 et 10 migrants s'entassent dans de petites chambres, il n'y a pas de chauffage, pas d'eau chaude, pas de ventilateur l'été. Ces dernières semaines, des grèves de migrants ont éclaté dans différents centres pour réclamer de meilleures installations. 

Beaucoup de personnes, secourues en mer, ont été amenées sur l’île après un accord de répartition avec d’autres pays de l’UE. Mais dans l’attente de leur transfert, la plupart sont encore bloqués sur l'île.

 

Et aussi