Crédit : RFI
Crédit : RFI

Le nombre de migrants arrivés en Italie depuis le début de l'année est en forte hausse par rapport à la même période de l'année dernière selon une note récente de l'Organisation internationale pour la migration (OIM). Une augmentation de l'ordre de 30%. Cette hausse est confirmée à la fois par les Italiens et les Libyens. Le ministre italien de l'Intérieur ne voit d'autre solution pour stopper ce phénomène que d'intervenir en Libye.

Dans son intervention devant le Sénat, Marco Minniti, le ministre italien de l'Intérieur a réitéré sa demande à la communauté internationale d'agir pour stopper le flux migratoire vers son pays en provenance de la Libye. Marco Minniti considère que l'Italie et la Libye sont tous les deux victimes de traite des êtres humains.

Dans la nuit de mardi à mercredi, 630 personnes ont été sauvées en Méditerranée et sont arrivées en Italie. Selon l'OIM, 232 personnes ont péri, depuis le début de l'année, en essayant de rallier l'Italie en provenance de la Libye.

De leur côté, les autorités libyennes considèrent que les chiffres réels de naufragés sont plus importants. Elles annoncent avoir sauvé avec leurs moyens limités près de 1 200 personnes en mer seulement depuis début février. Des dizaines d'autres ont été arrêtées avant d'embarquer.

Sur le sol libyen en plein chaos, le nombre des passeurs se multiplie, ils développent des méthodes plus sophistiquées mais plus dangereuses pour embarquer les migrants, ce qui risque d'aggraver la situation. Dimanche dernier, 74 personnes se sont noyées au cours du naufrage de leur embarcation. Leurs passeurs avaient volé le moteur du bateau pneumatique en abandonnant les passagers en pleine mer.


RFI n'est pas responsable des contenus provenant de sites Internet externes




Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi