L'Open Arms en mer Méditerranée, le 18 novembre 2019. Crédit : Open Arms
L'Open Arms en mer Méditerranée, le 18 novembre 2019. Crédit : Open Arms

L’Ocean Viking, l’Aita Mari, l’Open Arms… Ces trois navires humanitaires patrouillent actuellement dans la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone) au large des côtes libyennes à la recherche d’embarcations de migrants en détresse.

Alors que depuis le début de l’année plus de 1 000 personnes ont trouvé la mort en Méditerranée centrale, deux navires humanitaires sont actuellement positionnés dans la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone) et un autre devrait arriver dans les jours qui viennent.

>> À voir sur InfoMigrants : Exclusif : avec les garde-côtes libyens lors d’une opération de "sauvetage" de migrants

L’Ocean Viking

Présent depuis plus d’une semaine au large des côtes libyennes, l’Ocean Viking, des ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF) a quitté Marseille, dans le sud de la France le 8 novembre dernier. Le navire n’a pour l’heure procédé à aucune opération de sauvetage. Samedi 16 novembre, l’équipage a bien localisé un bateau pneumatique dégonflé mais sans personne à son bord.

L’Aita Mari

L’Aita Mari, navire des ONG espagnoles PROEM-AID et SMH (Salvamento maritimo humanitario), a quitté l’île grecque de Lesbos le 12 novembre pour rejoindre la SAR zone trois jours plus tard. "Nous sommes disponibles pour fournir de l’aide humanitaire en cas de besoin", a tweeté le 15 novembre Maydayterraneo, le collectif réunissant les deux ONG qui affrètent le bateau humanitaire.

L’Aita Mari - à l’instar de l’Open Arms en début d’année - était bloqué depuis un an par les autorités espagnoles qui interdisaient aux humanitaires de se rendre dans la SAR zone et de procéder à des opérations de sauvetage, sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 901 000 euros. Madrid avait cependant autorisé en octobre le navire de transporter de l’aide humanitaire vers les îles grecques.

En se rendant dans la SAR zone, le navire humanitaire défie ainsi l’interdiction du gouvernement espagnol. "Des vies humaines sont en danger et notre présence [en Méditerranée] est essentielle", a déclaré au média en ligne eldiario.es le vice-président de SMH, Íñigo Gutierrez.

L’Open Arms

Le navire humanitaire Open Arms, de l’ONG espagnole Proactiva Open Arms, a pris la mer lundi 18 novembre au matin en direction des côtes libyennes. Il devrait atteindre la zone de recherche et de sauvetage dans les jours qui viennent.

Fin octobre, l’équipage a porté assistance à une quarantaine de migrants en détresse dans les eaux maltaises. Les rescapés ont ensuite été pris en charge par La Valette. 

 

Et aussi