Des gilets de sauvetage retrouvés sur le lieu du naufrage de l'embarcation. Crédit : Reuters
Des gilets de sauvetage retrouvés sur le lieu du naufrage de l'embarcation. Crédit : Reuters

Un naufrage survenu samedi 23 novembre au large de l'île italienne de Lampedusa a provoqué la mort d'au moins sept migrants, dont cinq femmes. L’embarcation partie de Libye transportait plus de 150 personnes.

Les corps de sept migrants, dont cinq femmes, ont été retrouvés dimanche 24 novembre après le naufrage samedi d’une embarcation transportant environ 150 personnes au large de l’île italienne de Lampedusa.

Les corps de trois femmes ont été récupérés en mer par un patrouilleur et ceux de deux autres migrantes ont été retrouvés à terre par des douaniers, ont indiqué les garde-côtes dans un communiqué.

Deux corps avaient déjà été trouvés samedi soir aux abords de la plage de Cala Galera, sur la côte sud de Lampedusa, a encore précisé la marine italienne.

Les opérations de sauvetage ont été compliquées par les conditions de mer difficiles, avec des vagues atteignant deux mètres de haut, "mais aussi en raison du grand nombre de personnes tombées à la mer en même temps", selon la même source.

>> À (re)lire sur InfoMigrants : Libye : la détention des migrants est “un business profitable” pour Tripoli, selon un rapport de l’UE

Les garde-côtes avaient annoncé samedi avoir secouru près de 150 migrants à un mile nautique (1,8 km) de Lampedusa mais, selon des témoignages de rescapés, une vingtaine manquait à l’appel.

Deux hommes en particulier, un Érythréen et un Libyen, ont affirmé avoir perdu leur épouse, selon les médias italiens.

Le parquet d’Agrigente, en Sicile, a annoncé avoir ouvert une enquête pour aide à l’immigration clandestine et homicides.

La semaine dernière, les départs depuis les côtes libyennes se sont intensifiés en raison d’une météo clémente et de l’intensification des combats à Tripoli. En 48 heures, près de 600 migrants ont pris la mer depuis la Libye à bord d’une dizaine d’embarcations de fortune en direction de l’Europe.

Certains ont été secourus par deux navires humanitaires présents dans la zone de détresse et de sauvetage (SAR zone), d’autres ont été interceptés par les garde-côtes libyens et renvoyés en Libye.

Selon les chiffres de l’Organisation internationale des migrations (OIM), entre le 1er janvier et le 13 novembre, 1 091 migrants ont péri en mer en essayant de rejoindre les côtes européennes. Un chiffre qui ne prend pas en compte le naufrage du week-end dernier.

 

Et aussi