Image du sauvetage de l'Ocean Viking dans la soirée du jeudi 28 novembre 2019. Crédit : SOS Méditerranée
Image du sauvetage de l'Ocean Viking dans la soirée du jeudi 28 novembre 2019. Crédit : SOS Méditerranée

Le navire humanitaire allemand Alan Kurdi a porté assistance à 84 personnes en détresse au large de la Libye dans l'après-midi de jeudi. Dans la soirée, l'Ocean Viking a, à son tour, secouru 60 migrants.

La journée de jeudi 28 novembre a été intense en mer Méditerranée, au large de la Libye. Les deux navires humanitaires présents dans la zone de détresse et de sauvetage (SAR zone), l’Ocean Viking et le Alan Kurdi, ont à eux deux secouru 144 personnes en détresse.

Le premier sauvetage a été opéré vers midi par l’ONG allemande Sea-Eye, qui affrète le Alan Kurdi. Quarante-quatre migrants, dont 21 femmes et trois jeunes enfants, ont été pris en charge par l’équipage, précise Sea-Eye sur son compte Twitter.

Quelques heures plus tard, vers 17h, le même navire humanitaire a porté assistance à une deuxième embarcation de 40 personnes à son bord, dont trois enfants. Une femme était inconsciente lors de l’opération de sauvetage mais son état "s’est amélioré" affirme l’ONG sur Twitter.

Dans la soirée, aux alentours de 19h, l’Ocean Viking a, de son côté, secouru 60 migrants, "après une opération difficile", précise sur Twitter l’ONG SOS Méditerranée qui affrète le navire en coopération avec Médecins sans frontières (MSF).

Parmi les rescapés, on compte 18 mineurs dont un bébé de trois mois et son frère de trois ans, ainsi que deux femmes. La majorité des naufragés sont originaires du Bangladesh et d’Érythrée.

Ces trois sauvetages ont été réalisés après que la plateforme téléphonique Alarm Phone a été alertée par les migrants à bord de ces trois embarcations. Les autorités libyennes, maltaises et italiennes avaient été prévenues mais faute de réponse, les navires humanitaires ont procédé aux sauvetages.

L’Ocean Viking reste pour l’heure dans la SAR zone, au cas où d’autres canots de migrants tenteraient la périlleuse traversée de la mer Méditerranée.

L’Alan Kurdi est, en revanche, remonté vers l’île italienne de Lampedusa et Malte à la recherche d’un port sûr pour débarquer les naufragés. Vendredi matin, sept personnes, dont deux nouveau-nés (quatre et huit semaines) et un bébé de 18 mois, ont été transférés sur un navire militaire italien et déposés à Lampedusa.

 

Et aussi