Image d'illustration d'un naufrage en mer Méditerranée. Crédit : Reuters
Image d'illustration d'un naufrage en mer Méditerranée. Crédit : Reuters

Cinquante huit personnes, majoritairement originaires de Gambie, ont péri après le naufrage de leur embarcation survenu mardi 4 décembre au large de la Mauritanie. Quatre-vingt trois migrants ont survécu en rejoignant à la nage les côtes mauritaniennes.

Un nouveau naufrage au large de la Mauritanie a provoqué mercredi 4 décembre la mort d’au moins 58 personnes et une dizaine de disparus, a indiqué l’Organisation internationale des migrations (OIM) dans un communiqué publié jeudi.

L’embarcation, partie de Gambie en direction de l'Espagne le 27 novembre, transportait entre 150 et 180 personnes, principalement des jeunes Gambiens âgés de 20 à 30 ans. Les survivants, au nombre de 83, "ont nagé jusqu’à la côte et reçoivent l’aide des autorités mauritaniennes, de l’OIM et du Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR)", précise le communiqué.

Les migrants "n'avaient plus de vivre à bord, ils avaient faim, ils avaient froid, donc ils ont quitté l'embarcation à la nage", a expliqué à l'AFP une source sécuritaire mauritanienne. 

"Les migrants sont sous le choc", affirme à InfoMigrants Florence Kim, porte-parole de l’OIM pour l’Afrique de l’Ouest, ajoutant que "les blessés ont été transférés à l’hôpital de Nouadhibou", deuxième ville du nord de la Mauritanie.

Selon les témoignages des rescapés, l’embarcation, à court de carburant, aurait chaviré après avoir heurté un rocher en pleine mer.

L’ambassadeur de Gambie doit arriver jeudi à Nouadhibou pour rencontrer les naufragés. "Cette situation rappelle, s'il en est besoin, la tragédie que cause le phénomène de l'immigration clandestine, qui décime la jeunesse africaine. Elle interpelle sur la nécessité de conjuguer les efforts pour endiguer cette spirale mortifère", a déclaré le ministère mauritanien de l'Intérieur dans un communiqué.

 

Et aussi