Image d'illustration. Crédit : EPA / Rios Romains
Image d'illustration. Crédit : EPA / Rios Romains

Une grenade explosive a été retrouvée mercredi matin dans l'enceinte d'un centre d'accueil pour jeunes migrants, situé dans le quartier d'Hortaleza à Madrid. La structure avait été présentée par le parti d'extrême droite Vox pendant la dernière campagne électorale comme la raison d’une supposée augmentation de la délinquance dans le quartier.

"Une grenade à main d’entraînement avec peu de charge" explosive a été retrouvée dans la matinée du mercredi 4 décembre dans la cour d’un centre d’accueil pour jeunes migrants dans le quartier d’Hortaleza, dans la capitale espagnole, a indiqué un porte-parole de la police espagnole à l’AFP.

"Il semble qu’elle a pu être lancée de l’extérieur dans un sac en plastique", a ajouté ce porte-parole.

Le centre a été évacué après cette découverte et des membres de l’unité anti-explosifs de la police ont "procédé à l’explosion contrôlée" de la grenade, a poursuivi cette même source.

Cette structure d’accueil s’était retrouvée sous le feu des projecteurs après avoir été citée début novembre par Santiago Abascal, le numéro un du parti d’extrême-droite Vox, durant un débat électoral télévisé suivi par des millions d’Espagnols. Le centre était alors présenté comme la raison d’une supposée augmentation de la délinquance dans le quartier.

>> A (re)lire sur InfoMigrants : Espagne : Madrid, ville étape sur la route des migrants

Ses mensonges et inexactitudes sur l’immigration, associée systématiquement à la criminalité, ont suscité l’indignation en Espagne et amené le défenseur des droits espagnol à dénoncer une multiplication de "messages racistes" justifiant les attaques contre de jeunes migrants.

Plusieurs attaques signalées au cours des derniers mois

Dans un communiqué, Vox a condamné l'incident et dit regretter que "certains partis politiques utilisent ces événements pour attaquer notre parole-parole". "Il est honteux que la violence soit utilisée (…) à des fins politiques. Nous attendons les conclusions de l’enquête menée par les forces et organismes de sécurité de l’Etat".

La directrice générale des Enfants de la communauté de Madrid, Ana Sastre, a de son côté affirmé qu’il "n’y a pas de corrélation" entre ces enfants et "l’augmentation de la délinquance juvénile". Le média en ligne espagnol Eldiario.es signale en outre que le quartier d’Hortaleza présente l’un des plus bas taux de criminalité de la ville.

Selon les médias espagnols, ce n’est pas la première fois que des migrants sont victimes d'agressions. Plusieurs signalements ont été émis au parquet au cours des derniers mois.

Trois attaques ont notamment été rapportées entre le 27 octobre et le 3 novembre. Plusieurs jeunes mineurs non accompagnés affirment avoir été insultés ou attaqués par des bâtons et des matraques.

 

Et aussi