Image d'archives de l'arrestation de deux passeurs en Italie. Crédit : ANSA / Polizia di Stato
Image d'archives de l'arrestation de deux passeurs en Italie. Crédit : ANSA / Polizia di Stato

Un réseau de passeurs qui opérait entre la Grèce et l’Italie a été démantelé, a annoncé jeudi la police italienne. En échange d’au moins 6 000 euros, les trafiquants transféraient les migrants du continent grec vers le sud de l’Italie.

La police italienne a indiqué jeudi 12 décembre dans un communiqué avoir démantelé, avec l’aide des forces de l’ordre grecques, un réseau de passeurs qui transféraient des migrants depuis la Grèce vers le sud de l’Italie.

L’organisation était composée de deux cellules : la première italienne dirigée par un Italien, la seconde grecque dirigée par un Kurde syrien, est-il précisé dans le communiqué.

"Les migrants, partis de leur pays d’origine, arrivaient en Turquie et de là passaient en Grèce où ils étaient accueillis par des membres de l’organisation et logés à Athènes en attendant d’embarquer", selon la même source.

>> A (re)lire : Quinze passeurs présumés interpellés dans trois pays européens

"Lorsque le moment de partir arrivait, les migrants étaient transportés sur la côte, généralement sur l’île de Corfou, où ils logeaient dans des structures touristiques avant de monter à bord d’embarcations se rendant en Italie, dans la zone du Salento", dans les Pouilles (sud-est), peut-on également lire dans le communiqué.

La cellule grecque de ce réseau s’occupait également d’encaisser auprès des migrants le prix de la traversée, "non inférieur à 6 000 euros par personne", ajoute la police italienne.

L’opération a permis d’intercepter 99 migrants et d’interpeller 29 personnes impliquées dans ce trafic. Treize mandats d’arrêt ont été émis.

 

Et aussi