REUTERS/Jon Nazca | Des migrants en provenance du Maroc traversent le détroit de Gibraltar vers Tarifa en Espagne, en juillet 2018.
REUTERS/Jon Nazca | Des migrants en provenance du Maroc traversent le détroit de Gibraltar vers Tarifa en Espagne, en juillet 2018.

Alors que la route entre la Libye et l'Italie est de moins en moins empruntée ces derniers mois par les migrants qui souhaitent arriver en Europe, celle entre le Maroc et l’Espagne reste très empruntée. Car si depuis plusieurs années le pays fait de gros efforts pour passer du statut de pays de transit à celui de pays de résidence, nombreux sont les migrants qui préfèrent malgré tout poursuivre le voyage vers l’Europe.

Au 1er septembre 2019, l'ONU dénombrait plus de 6 200 réfugiés au Maroc soit quatre fois plus qu'en 2014. Plus de la moitié d'entre eux viennent de Syrie (56%), mais on dénombre également des Yéménites, des Ivoiriens, des Centrafricains ou encore des Congolais.


Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi

Webpack App