Image d'archives d'un sauvetage du Sea Watch 3. Crédit : Sea-Watch
Image d'archives d'un sauvetage du Sea Watch 3. Crédit : Sea-Watch

Depuis le début de la crise migratoire, certains navires humanitaires, qui portaient secours aux migrants en détresse en mer Méditerranée, ont été immobilisés par la justice. D'autres ont cessé leur mission et d’autres encore continuent de sillonner la mer Méditerranée. InfoMigrants fait le point sur la situation des navires humanitaires en mer.

Les navires actifs :

-L’Ocean Viking, affrété par l'ONG française SOS Méditerranée en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF), a quitté le port de Pozzallo mercredi 22 janvier et se dirige vers la SAR zone.

-L’Alan Kurdi, de l’ONG allemande Sea-Eye, était mercredi 22 janvier dans la SAR zone, au large de la Libye.

-L’Aita Mari, des ONG espagnoles PROEM-AID et SMH, sera de retour dans la SAR zone la semaine prochaine.

-Le Sea Watch 3, de l’ONG allemande Sea-Watch, se dirige actuellement vers l’Espagne pour une opération de maintenance. L'équipage espère être de retour dans la SAR zone en février.

-L’Open Arms, de l’ONG espagnole éponyme, est actuellement en Sicile pour une escale technique.

Les navires immobilisés par la justice :

-L’Eleonore

Le navire de l’ONG allemande Lifeline a été saisi au début du mois de septembre par les autorités italiennes. Il est immobilisé à Pozzallo, en Sicile. L'Eleonore, qui avait secouru 100 migrants fin août, est accusé d’avoir violé l’interdiction d’entrée dans les eaux territoriales de l’Italie, au sud de la Sicile. Le bateau avait décidé de forcer les eaux territoriales italiennes après avoir subi un violent orage en Méditerranée. Il effectuait sa première mission en mer Méditerranée.

-Le Mare Jonio

Le bateau humanitaire, affrété par le collectif italien de gauche Mediterranea Saving Humans, a été saisi par les autorités italiennes début septembre. Le parquet d'Agrigente, en Sicile, a ouvert une enquête contre X pour aide à l'immigration clandestine.

Le bateau, qui avait secouru 98 personnes au large de la Libye, dont 67 (femmes, enfants, personnes malades), avait débarqué les naufragés en Italie.

L'ONG a affirmé sur les réseaux sociaux que son bateau était entré dans les eaux territoriales italiennes "avec l'autorisation formelle des garde-côtes", en ajoutant qu'il s'agissait de "l'ultime vendetta de ceux qui ne tolèrent pas que l'humanité puisse prévaloir".

-L’Alex

L’Alex, le voilier du collectif italien de gauche Mediterranea Saving Humans également, a été saisi en juillet. Il est immobilisé sur l’île italienne de Lampedusa.

Face à l’absence de consignes des autorités italiennes et des mauvaises conditions à bord, l’équipage avait forcé l’entrée du voilier humanitaire dans le port de Lampedusa pour y débarquer les 54 personnes secourues en mer quelques jours plus tôt.

-Le Iuventa

Le Iuventa, de l'ONG Allemande Jugend Rettet, a été saisi par les autorités italiennes depuis le mois d’août 2017. Il est accusé "d'aide à l'immigration clandestine". La Cour de Cassation italienne a rejeté en avril 2018 la demande de Jugend Rettet de lever le séquestre sur leur navire. Le bateau est retenu dans le port de Trapani, en Sicile.

Les navires qui ont cessé leur mission :

-Le Lifeline, de l’ONG allemande, ne sera plus utilisé pour porter secours aux migrants en détresse en mer. Le capitaine dit être à la recherche d’un nouveau navire.

-Le navire Sea Eye, de l'ONG éponyme, stationné à Hambourg, n’est plus en circulation et devrait être utilisé comme navire d'exposition.

-Le navire Seefuchs, de l'ONG Sea Eye, a cessé ses activités de sauvetage et a été "cédé à une autre organisation", précise l’ONG Sea-Eye. "Il est probable que le nom [du navire] ait été modifié par ses nouveaux propriétaires".

-L'Aquarius, de l'ONG SOS Méditerranée, a cessé sa mission au mois de décembre 2018. Frédéric Penard, le directeur des opérations avait déploré "les attaques incessantes dont le navire et ses équipes ont fait l’objet".

-Le Vos Hestia, de l’ONG Save the Children, a cessé sa mission en octobre 2017.

-Le Minden, de l'ONG Lifeboat, a cessé sa mission depuis l'été dernier.

-Le Golfo Azzurro, de l’ONG ProActiva, a cessé sa mission depuis l’été dernier.

-Le Prudence de Médecins sans frontières, a cessé sa mission en octobre 2017.

 

Et aussi