Un véhicule de la police néerlandaise. Crédit : Wiki Commons
Un véhicule de la police néerlandaise. Crédit : Wiki Commons

Les forces de l’ordre néerlandaises et françaises ont interpellé 23 personnes soupçonnées de "trafic de migrants à grande échelle" vers le Royaume-Uni, a annoncé l’unité européenne de coopération judiciaire, Eurojust, mercredi. Les suspects ont fait passer quelque 10 000 migrants kurdes vers l’Angleterre, pour un gain s’élevant à 70 millions d’euros.

Coup de filet dans les réseaux de passeurs. Vingt-trois personnes soupçonnées de "trafic de migrants à grande échelle" vers le Royaume-Uni ont été interpellé en France et aux Pays-Bas, a déclaré mercredi 22 janvier Eurojust, l’unité européenne de coopération judiciaire.

Les suspects sont soupçonnés d’avoir fait passer quelque 10 000 migrants kurdes clandestinement vers le Royaume-Uni dans des camions réfrigérés et des petites embarcations pneumatiques, après les avoir récupérés sur des parkings d’aires de repos entre Le Mans et Poitiers, dans l’ouest de la France.

70 millions d'euros de gain

Les passeurs demandaient aux candidats aux départs jusqu’à 7 000 euros pour la traversée. Le gain du réseau criminel s’est élevé à 70 millions d’euros, a précisé Eurojust.

Au total, 19 personnes ont été arrêtées en France et quatre aux Pays-Bas.

Les autorités françaises, qui ont commencé en août 2018 leurs investigations sur ce trafic, ont régulièrement repéré des suspects dans des véhicules aux plaques d’immatriculation néerlandaises, ce qui a conduit à l’ouverture d’une enquête aux Pays-Bas et à une coordination d’Eurojust.

Une autre opération d’envergure a permis l’arrestation le mois dernier d’environ 72 trafiquants présumés et 167 passeurs de migrants dans les Balkans, après une enquête de huit pays dont l’Albanie, la Moldavie et la Turquie.

 

Et aussi