Image du sauvetage de 11 migrants au large de Calais, jeudi 23 janvier. Crédit : gendarmerie maritime
Image du sauvetage de 11 migrants au large de Calais, jeudi 23 janvier. Crédit : gendarmerie maritime

Onze migrants ont été secourus jeudi par les autorités françaises au large de Calais. La veille, 26 personnes avaient été interceptées par les autorités britanniques dans la Manche et ramenées à Douvres. De l'autre côté de la Manche, la police française avait secouru le même jour 24 personnes dont le moteur de l’embarcation était tombé en panne.

Malgré le froid, les traversées de la Manche continuent à un rythme effréné. Jeudi 23 janvier, 11 migrants en état d'hypothermie légère ont été "récupérés par [un] patrouilleur" au large de Calais, a indiqué la préfecture maritime de la Manche sur son compte Twitter. À leur arrivée sur la terre ferme, 10 ont été pris en charge par la police aux frontières et un par le Samu.

La veille, quatre embarcations transportant une cinquantaine de migrants ont été interceptés par les autorités françaises et britanniques.

Deux navires, composés chacun de 13 personnes, ont été repérés en mer par les garde-côtes anglais. Les passagers ont ensuite été amenés à Douvres.

De l’autre côté de la Manche, la police française a de son côté secouru 24 migrants qui étaient en détresse en mer après la panne de leur moteur. "Tous sont sains et saufs", précise dans un communiqué la préfecture maritime de la Manche.

Le Royaume-Uni "travaille en tandem avec les autorités françaises et belges" pour lutter contre les traversées illégales de migrants dans la Manche, a déclaré le directeur du département criminologie au sein du Ministère britannique de l’Intérieur, Tony Eastaugh.

En début de semaine déjà, une cinquantaine de migrants avaient aussi tenté de traversé la Manche avant d’être interceptés par les autorités françaises.

Les tentatives sont de plus en plus nombreuses dans la Manche depuis 2018 et ne diminuent pas malgré l’hiver. La Manche est l'une des zones maritimes les plus fréquentées au monde et les conditions météorologiques y sont souvent difficiles. On y observe chaque année en moyenne 120 jours de vent supérieur ou égal à force 7, rappelle la préfecture maritime de la Manche.

 

Et aussi