Des enfants migrants marchent le long de la frontière grillagée entre la Slovénie et l’Autriche, près du village autrichien de Spielfeld, le 16 février 2016. Photo: EPA/CHRISTIAN BRUNA
Des enfants migrants marchent le long de la frontière grillagée entre la Slovénie et l’Autriche, près du village autrichien de Spielfeld, le 16 février 2016. Photo: EPA/CHRISTIAN BRUNA

Le ministère autrichien de l'Education a déclaré jeudi avoir ordonné une enquête sur le déroulement d'un jeu de rôle dans un collège de Vienne où les élèves étaient invités à se mettre dans la peau de demandeurs d'asile arrivant dans un nouveau pays. Ce jeu inclut "des contrôles aux frontières, des files d'attente" et "des interrogatoires par des patrouilles frontalières".

Dans le cadre d’une expérience proposée par une compagnie de théâtre, les élèves d’un collège de Vienne, en Autriche, ont été invités à se mettre dans la peau de demandeurs d'asile arrivant dans un nouveau pays. Le but : vivre le parcours semé d’embûches et de difficultés de ces personnes grâce à ce jeu censé être éducatif.

Selon les médias autrichiens, les collégiens concernés, âgés de 12 à 14 ans, ont été notamment obligés de porter des rubans les identifiant comme demandeurs d'asile et de patienter dans une pièce pendant plusieurs heures sans aucune information sur ce qui les attendait. Ce jeu éducatif inclut par ailleurs "des contrôles aux frontières, des files d'attente, des interrogatoires par des patrouilles frontalières, de l'arbitraire et des tests absurdes", précise la compagnie théâtrale Viewpoint, qui a supervisé le programme en question, sur son site internet.

>> À (re)lireÀ Vienne, ces migrants qui partagent un toit avec des étudiants et des SDF

L'exercice n'a pas été du goût de l'exécutif autrichien. Jeudi 23 janvier, le ministre de l'Education conservateur Heinz Faßmann a réagi en indiquant dans un communiqué qu'une enquête avait été ordonnée et que le projet était arrêté "avec effet immédiat".

"Une ligne semble avoir été franchie ici", justifie le communiqué. "Effrayer les élèves n'est pas un concept éducatif." Les autorités éducatives de la ville de Vienne ont, pour leur part, critiqué le fait que les parents n'avaient apparemment pas été informés de l'exercice.

Des critiques "politiquement motivées"

Selon Flo Staffelmayr, membre de Viewpoint, c’est un groupe d'élèves et d'enseignants de l'école qui ont eux-mêmes mis au point ce "projet d'expérience migratoire".

Pour elle, les accusations qui visent ce jeu sont "politiquement motivées", alors que l’Autriche est dirigée depuis 2017 par le chancelier conservateur Sebastian Kurz, connu pour sa fermeté envers les questions migratoires.

>> À (re)voir sur France 24 : Jeu vidéo : dans la peau d'une réfugiée syrienne avec "Enterre-moi, mon amour"

Cette semonce viserait même à faire taire "un metteur en scène qui a osé faire quelque chose sortant de l'ordinaire", estime encore Flo Staffelmayr, qui rejette les critiques,

Des ateliers immersifs proposant de s'imaginer dans la peau d'un réfugié ont déjà été organisés en Autriche et dans d'autres pays, y compris dans des écoles, particulièrement depuis le pic migratoire des années 2015 et 2016 en Europe.

 

Et aussi