Des migrants à leur arrivée sur l'île grecque de Lesbos. Crédit : DW/D.Tosidis
Des migrants à leur arrivée sur l'île grecque de Lesbos. Crédit : DW/D.Tosidis

Le ministère grec de la Défense a rendu public mercredi un appel d'offres pour faire installer un "système de protection flottant" en mer Égée. L’objectif : réduire les flux migratoires en provenance de la Turquie alors que la Grèce est redevenue en 2019 la première porte d’entrée des migrants en Europe.

C’est un appel d’offres surprenant qu’a diffusé, mercredi 29 janvier, le ministère grec de la Défense : une entreprise est actuellement recherchée pour procéder à l’installation d’un “système de protection flottant” en mer Égée. Cette frontière maritime qui pourra prendre la forme de "barrières" ou de "filets" doit servir "en cas d’urgence" à repousser les migrants en provenance de la Turquie voisine.

>> À (re)lire : Lesbos : dans le camp de Moria, "chaque jour quelqu’un est blessé"

Selon le texte de l’appel d’offres, le barrage - d’une “longueur de 2,7 kilomètres” et d’une hauteur de 1,10 mètre dont 50 cm au dessus du niveau de la mer - sera mis en place par les forces armées grecques. Il devrait être agrémenté de feux clignotants pour une meilleure visibilité. Le budget total comprenant conception et installation annoncé par le gouvernement est de 500 000 euros.

“Au-delà de l'efficacité douteuse de ce choix, comme ne pas reconnaître la dimension humanitaire de la tragédie des réfugiés et la transformer en un jeu du chat et de la souris, il est amusant de noter la taille de la barrière et de la relier aux affirmations du gouvernement selon lesquelles cela pourrait arrêter les flux de réfugiés”, note le site d’information Chios News qui a tracé cette potentielle frontière maritime sur une carte à bonne échelle pour comparer les 2,7 kilomètres avec la taille de l’île de Lesbos.

Sur cette photo vous pouvez voir la taille relle dun barrage de 2 700 mtres par rapport  lle de Lesbos crit Chios News Crdit  Google Maps  ChiosNewscomLa question des migrants et des réfugiés est gérée par le ministère de l’Immigration qui a fait récemment sa réapparition après avoir été fusionné avec un autre cabinet pendant six mois. Devant l’ampleur des flux migratoires que connaît la Grèce depuis 2015, le ministère de la Défense et l'armée offrent un soutien logistique au ministère de l'Immigration et de l'Asile.

Mais la situation continue de se corser pour la Grèce qui est redevenue en 2019 la première porte d'entrée des migrants et des réfugiés en Europe. Actuellement, plus de 40 000 demandeurs d'asile s'entassent dans des camps insalubres sur des îles grecques de la mer Égée, alors que leur capacité n'est que de 6 200 personnes.

>> À (re)lire : Procédures d’asile accélérées, expulsions vers la Turquie : que signifie l’élection de Mitsotakis pour les migrants en Grèce ?

Le nouveau Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, élu à l’été 2019, a fait de la lutte contre l’immigration clandestine l’une de ses priorités. Il a déjà notamment durci l’accès à la procédure de demande d’asile. Il compte également accélérer les rapatriements des personnes qui "n'ont pas besoin d'une protection internationale" ou des déboutés du droit d'asile, une mesure à laquelle s'opposent des ONG de défense des droits de l'Homme.

 

Et aussi