Le CRA de Vincennes est situé près du Bois de Vincennes. Crédit : Capture d'écran Google Maps
Le CRA de Vincennes est situé près du Bois de Vincennes. Crédit : Capture d'écran Google Maps

Après le déclenchement d'un incendie, mardi, dans le centre de rétention administratif (CRA) de Vincennes, en région parisienne, une enquête pour destruction par incendie a été ouverte. Un bâtiment du CRA a été fermé, provoquant le transfert de plusieurs dizaines de retenus.

Un incendie s'est déclenché mardi 4 février dans la soirée dans le centre de rétention administratif (CRA) de Vincennes, en région parisienne, a confirmé vendredi le parquet de Paris à InfoMigrants. Dans la foulée, une enquête pour destruction par incendie a été ouverte par le parquet. Elle a été confiée au service de l'accueil et de l'investigation de proximité (SAIP) du commissariat de police du 12e arrondissement. 

>> À lire aussi : France : mort d'un Tunisien de 19 ans dans un centre de rétention

Contactés par InfoMigrants, plusieurs retenus présents dans le centre au moment de l'incendie affirment que des migrants de nationalité algérienne en seraient à l'origine. D'après eux, cet incendie serait un acte de rébellion commis par des personnes excédées par la longue durée de détention dans le CRA. La loi Asile et immigration, entrée en vigueur en janvier et mars 2019, prévoit en effet un allongement de la durée de détention, qui est passée de 45 jours à 90 jours. InfoMigrants n'a pas pu obtenir davantage de précisions sur le déclenchement du feu. 

"Une odeur de brûlé dans les chambres"

"Mardi, dans la nuit, on a senti le feu dans les couloirs et les chambres", a témoigné un migrant enfermé dans le CRA. "On est sortis dehors en pyjama. Il faisait froid. Les policiers s'étaient placés en ronde autour de nous, dans la cour du CRA." Au bout de quelques heures, les retenus auraient été renvoyés dans leurs chambres. "On n'a pas pu dormir à cause d'une odeur de brûlé dans les chambres, qui étaient bondées". 

Toujours selon des témoignages concordants, une dizaine de migrants auraient été envoyés au commissariat, notamment dans celui du 12e arrondissement de Paris. Contacté par InfoMigrants, le parquet de Paris n'a pas souhaité répondre à toutes nos questions. Impossible de confirmer, par exemple, si des personnes ont été placées en garde à vue ou si des blessés sont à déplorer, comme l'ont affirmé des retenus à InfoMigrants.

Depuis l'incendie, une partie du CRA a été fermée. Mercredi, 55 personnes ont été transférées dans d'autres bâtiments du centre ou ont été libérées sur décision de justice, a-t-on appris auprès de l’ASSFAM, l'association présente au sein du CRA de Vincennes. Certaines d'entre elles sont actuellement sans solution. D'une capacité totale de 235 places, ce centre accueille seulement des hommes, en ce moment même.

L'incendie est survenu après que des retenus se sont lancés dans une grève de la faim, le 3 janvier. Ils protestaient contre leurs conditions de vie et des violences policières.

 

Et aussi

Webpack App