La frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta. Credit : Wikicommons
La frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Ceuta. Credit : Wikicommons

Un réseau "d'immigration clandestine" qui opérait des côtes nord-marocaines vers l'Espagne a été démantelé, ont annoncé vendredi les autorités marocaines. L'organisation était également impliquée dans un trafic de drogues.

Un important "réseau criminel de trafic de drogues et d’immigration clandestine" opérant à partir des côtes nord du Maroc vers le sud de l’Espagne a été démantelé, ont annoncé vendredi 7 février les autorités marocaines.

Jeudi, 2,4 tonnes de résine de cannabis, "destinées au trafic international par voie maritime", ont été saisies à Tanger au cours de cette opération menée par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ).

Le "cerveau" présumé et trois complices ont été arrêtés, indique le BCIJ dans un communiqué, qui souligne que le réseau opérait également dans le domaine de l’"immigration irrégulière".

"Six embarcations pneumatiques, trois moteurs", des pompes à air et des bidons d’essence ont aussi été saisis, a-t-il ajouté.

Du fait de sa situation géographique, le Maroc est un pays de transit pour nombre de migrants originaires d'Afrique subsaharienne qui cherchent à rejoindre l'Europe.

En 2019, environ 74 000 tentatives "d’immigration irrégulière" à destination de l'Espagne ont été avortées, selon les autorités marocaines.

Quelque 32 500 migrants sont entrés en 2019 clandestinement sur le territoire espagnol par voie terrestre ou maritime, moitié moins qu’en 2018, selon le ministère espagnol de l’Intérieur.


 

Et aussi