Image d'archives de l'Aita Maria au large de Lesbos, en Grèce. Crédit : Maydayterraneo
Image d'archives de l'Aita Maria au large de Lesbos, en Grèce. Crédit : Maydayterraneo

Le navire humanitaire Aita Mari a porté secours à 93 migrants dimanche. Ils se trouvaient à bord d’une embarcation de fortune au large de la Libye. Parmi ces personnes : 13 enfants de moins de douze ans et 16 femmes, dont trois sont enceintes. Le navire a effectué une nouvelle opération de sauvetage lundi.

Plus de 150 migrants ont été secourus, dimanche 9 et lundi 10 février, au large de la Libye, par le navire humanitaire Aita Mari de l’ONG espagnole Maydayterraneo.

Dimanche, se sont "16 femmes dont trois sont enceintes, 13 enfants de moins de 12 ans, 24 garçons de moins de 18 ans et 40 hommes" qui ont été secourus, a précisé l’ONG sur son compte Twitter.

Le lendemain, le navire a porté secours à une autre embarcation de fortune en bois dans laquelle se trouvaient environ 60 personnes.

La plateforme téléphonique Alarm Phone a déclaré dimanche être "soulagée que ces vies aient été sauvées" mais a aussi alerté sur le sort d’une autre embarcation avec 91 personnes à bord. Les migrants avaient contacté Alarm Phone dimanche alors qu’ils se trouvaient au large de Tripoli. "De l’eau entre dans le bateau et des personnes se trouvent déjà à l’eau", a tweeté Alarm Phone tôt dimanche matin.

L’organisation a ensuite perdu le contact avec l’embarcation. Selon elle, ni les garde-côtes libyens, ni le MRCC de Rome n’a accepté d’envoyer des secours.

À l'heure actuelle, aucun navire humanitaire n'est présent dans la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone), l'Aita Mari ayant mis le cap au nord à la recherche d'un port sûr pour y débarquer les naufragés.

 

Et aussi