Des migrant se réchauffent près du village de Skala Sikamias, sur l'île de Lesbos, lundi 2 mars. Photo : Reuters
Des migrant se réchauffent près du village de Skala Sikamias, sur l'île de Lesbos, lundi 2 mars. Photo : Reuters

Plusieurs ONG ont annoncé mardi avoir suspendu leur travail auprès des réfugiés sur l'île grecque de Lesbos et avoir évacué leurs équipes. Dans cette partie de la Grèce, qui fait face à une recrudescence des arrivées de migrants depuis ce week-end, les humanitaires sont la cible de multiples attaques et de menaces de la part de groupes qualifiés de "fascistes".

La situation devient dangereuse sur l'île de Lesbos pour les travailleurs sociaux. Plusieurs ONG ont annoncé, mardi 3 mars, avoir suspendu leur travail auprès des réfugiés entassés sur cette île suite à la multiplication d'attaques et de menaces émanant de groupes qualifiés de "fascistes". Les équipes de ces ONG ont été évacuées des lieux.

"Quand la nuit tombe, il y a sans arrêt des attaques contre des membres d'ONG, des personnes venues ici en tant que bénévoles", a affirmé à l’AFP Douglas Herman, co-fondateur de l'organisation Refocus, qui donne des cours aux migrants. Les six membres de son équipe sont sur le départ.

>> À (re)lire Un enfant repêché mort au large de Lesbos, la tension à son comble sur l’île

"La plupart des organisations ont décidé de suspendre leurs opérations, certaines indéfiniment. Plusieurs ONG ont demandé à leurs équipes de quitter l'île", a expliqué Douglas Herman.

Lundi soir, l'équipage du Mare Liberum, un bateau observatoire des droits de l'Homme qui navigue en mer Égée, a indiqué avoir été attaqué par "un groupe de fascistes", alors qu'il était amarré au port de l'île. "Ils ont crié, nous ont menacés et ont balancé de l'essence sur notre pont !", a écrit l'organisation sur Twitter


Adrian Kok, président de Connect by Music, ONG qui dispense des cours de musique aux réfugiés, a pour sa part informé que tous leurs bénévoles expatriés étaient renvoyés à Athènes tandis que les locaux ont cessé de travailler.

"Des personnes avec des chaînes frappent les véhicules"

À travers l'île, où plus de 19 000 personnes vivent dans des conditions misérables, des routes ont été coupées. Des attaques, ainsi que des menaces à l'encontre d'automobilistes, ont par ailleurs été rapportées. "Des personnes avec des chaînes frappent les véhicules et essayent d'atteindre les personnes à l'intérieur avec des bouts de verre cassés", a encore indiqué Douglas Herman, qui affirme lui aussi que cette violence est le fait de mobilisations "fascistes".

La police, taxée d'inaction dans ces incidents, a ouvert une enquête après "plusieurs dénonciations d'attaques envers des individus et des voitures", a appris l'AFP de source policière.

>> À (re)lire : Lesbos : dans le camp de Moria, "chaque jour quelqu’un est blessé"

L'île de Lesbos, située proche des côtes turques, connaît une recrudescence des arrivées de migrants depuis que la Turquie a ouvert ses frontières vendredi 28 février, alors que la situation sur place avait déjà atteint un point de rupture depuis plusieurs mois.

Exaspérés de porter le fardeau d'un système d'asile qu'ils jugent défaillant, les insulaires protestent contre la présence des migrants, estimant qu'ils menacent la sécurité, la santé publique et le tourisme sur l'île.

 

Et aussi