Image d'illustration d'une embarcation de migrants en mer Égée, au large de l'île de Lesbos. Crédit : Reuters
Image d'illustration d'une embarcation de migrants en mer Égée, au large de l'île de Lesbos. Crédit : Reuters

Un patrouilleur danois, qui opérait en mer Égée dans le cadre de l'opération de surveillance européenne Poséidon, a refusé de repousser des migrants vers les côtes turques. Le commandant a estimé que cette opération mettrait en danger les naufragés et a décidé de les déposer sur l'île grecque de Kos.

Il devait reconduire les migrants côté turc mais a contesté les ordres allant dans ce sens. Un bateau de patrouille danois qui naviguait entre la Turquie et les îles grecques de la mer Égée dans le cadre de l’opération Poséidon - mission de surveillance des frontières en soutien à la Grèce, coordonnée par Frontex – a refusé de repousser les migrants qu’il avait secourus en mer.

Après avoir porté assistance à 33 migrants qui tentaient de rejoindre la Grèce à bord d’une embarcation pneumatique, l’équipage a reçu un appel radio du commandement de Poséidon leur ordonnant de remettre les migrants dans leur canot et de les remorquer hors des eaux grecques, a déclaré le chef de la police en charge de l’unité danoise de Frontex, Jens Moller, au média national public DR - sans préciser la date du sauvetage.

Mais le commandant du navire danois a refusé, estimant "que [l’ordre] n’était pas justifiable", la manœuvre demandée mettant en danger les migrants, a précisé Jens Moller.

Les migrants secourus ont été déposés à Kos

Les naufragés ont finalement été déposés sur l’île grecque de Kos, le capitaine ayant réussi à faire annuler l’ordre de chasser les migrants hors des eaux grecques.

La ministre danoise de la Défense a assuré de son soutien au commandant et au chef de la police, se disant satisfaite de la manière dont ils avaient géré l’incident. "Ils ont résolu la tâche en fonction du mandat qui leur avait été confié", a-t-elle déclaré.

Depuis l'ouverture des frontières par Ankara vendredi 28 février, plus de 1 700 migrants ont rejoint les îles de la mer Égée, selon Athènes, s'ajoutant aux 38 000 exilés déjà présents sur ces territoires grecs.

 

Et aussi