La camp de migrants de Lesbos. Photo: Picture-alliance/dpa/A.Tzortzinis
La camp de migrants de Lesbos. Photo: Picture-alliance/dpa/A.Tzortzinis

Depuis mercredi, les mouvements des migrants sur les îles égéennes en Grèce sont drastiquement réduits et soumis à des contrôles pour tenter d'enrayer la propagation du coronavirus parmi la population, a annoncé le ministre grec des Migrations.

" À partir d'aujourd'hui, les mouvements des résidents des camps sur les îles seront drastiquement réduits." En Grèce, où le coronavirus a fait 5 morts et 387 cas, le ministre des Migrations, Notis Mitarachi, a dévoilé mercredi 19 mars de nouvelles règles strictes sur les îles égéennes pour freiner la propagation du virus.

Au cours du prochain mois, les sorties des migrants à l'extérieur des camps ne seront autorisées que par "petits groupes" entre 7h et 19h, a annoncé le ministre dans un communiqué. "Ces groupes ne pourront comporter qu'une personne par famille" et leurs mouvements dans des transports publics "contrôlés" seront régulés par la police.

"Autant que possible, l'approvisionnement se fera sur commande par téléphone", a encore précisé le ministre.

>> À lire : Grèce : les autorités imposent le confinement des camps de demandeurs d'asile

Selon les autorités, des équipes médicales spécialisées seront déployées dans les camps et des secteurs de quarantaine seront créés, alors qu'aucun cas de contamination chez les migrants n'a pour l'instant été recensé.

Ces nouvelles dispositions s'ajoutent à une série de mesures de confinement prises dans les camps de migrants. Parmi ces mesures figurent l'interdiction des visites pendant 14 jours, y compris celles des organisations, la vérification de la température de tout nouvel arrivant, la désinfection systématique des espaces communs et des entrées.

>> À lire : Dans le camp de Malakasa : "Je savais que la situation était difficile en Grèce mais pas à ce point" 

Des dizaines de milliers de migrants vivent dans des camps surpeuplés sur le continent et sur les îles de la mer Égée. Des centaines d'autres sont arrivés en Grèce début mars, après la décision de la Turquie d'ouvrir ses frontières. Aucun de ces derniers arrivants ne sera autorisé dans les camps existants par précaution sanitaire, a averti le ministre des Migrations.

 

Et aussi