Image d’un contrôle de police à la frontière française. Crédit : Reuters
Image d’un contrôle de police à la frontière française. Crédit : Reuters

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a demandé aux Etats européens de veiller à la protection des réfugiés en adoptant des mesures de dépistage et de quarantaine pour les laisser passer les frontières et demander l'asile, tout en veillant à lutter contre la pandémie de coronavirus.

“Les mesures [de lutte contre le coronavirus] ne devraient pas entraîner la fermeture de routes vers l'asile, ou forcer les populations à retourner vers des situations de danger", a alerté jeudi 19 mars Filippo Grandi, Haut commissare des Nations unies pour les réfugiés (HCR), cité par l'AFP.

La pandémie de coronavirus a poussé les États membres de l'Union européenne à fermer leurs frontières extérieures pendant 30 jours depuis le mardi 17 mars. En France, les contrôles aux frontières ont été renforcés et la police ne laisse passer que les membre de l’Union européenne et les étrangers disposant d’un permis de séjour à condition qu’ils rejoignent leur domicile.

Pourtant, pour Filippo Grandi, Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), "des solutions existent" pour laisser entrer les réfugiés tout en s'assurant qu'ils ne sont pas porteurs du virus ou qu'ils ne seront pas au contact des populations locales. Dans un communiqué, il a invité les États à adopter des “tests de dépistage” et le “placement en quarantaine” des réfugiés si un risque sanitaire est identifié.

"Ces dispositifs permettront aux autorités de gérer l’arrivée des demandeurs d’asile et des réfugiés en toute sécurité, tout en respectant les normes internationales de protection des réfugiés établies pour sauver des vies", rappelle Filippo Grandi. Et le Haut commissaire d'ajouter: "En ces temps difficiles, n'oublions pas ceux qui fuient la guerre et les persécutions. Plus que jamais, ils ont besoin - nous avons tous besoin - de solidarité et de compassion".

>> A lire sur InfoMigrantsCoronavirus : l'ONU suspend les relocalisations de réfugiés


 

Et aussi