Cette embarcation de migrants a été secourue lundi 16 mars 2020 dans la Manche. Crédit : SNSM de Calais et Marine nationale
Cette embarcation de migrants a été secourue lundi 16 mars 2020 dans la Manche. Crédit : SNSM de Calais et Marine nationale

Depuis le début du confinement, le 17 mars, la police française a intercepté et porté secours à au moins 66 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre par la Manche. Côté britannique, les opérations de sauvetage se multiplient également avec huit embarcations de migrants interceptées ces trois derniers jours.

De part et d'autre de la Manche, les autorités continuent d'être sur le qui-vive : malgré les mesures de confinement prises en France puis en Angleterre, les tentatives de traversées par des migrants se poursuivent à un rythme intense.

Depuis le début du confinement en France, le 17 mars dernier, au moins 66 migrants ont été secourus alors qu'ils se trouvaient en difficultés sur de petites embarcations, a indiqué mercredi 8 avril la préfecture maritime de la Manche et de la Mer du Nord. Les interpellations ont eu lieu aussi bien au large de la ville de Dunkerque qu'à plus de 110 kilomètres au sud, au large du Touquet.

>> À (re)lire : Calais : deux migrants à la rue touchés par le coronavirus

Le dernier sauvetage en date remonte à mardi matin lorsque la police a repéré une embarcation qui prenait l'eau avec neuf migrants à son bord, dans le chenal d'entrée du port de Calais. Les naufragés, tous sains et saufs, ont été pris en charge par les pompiers et la police aux frontières.

A peine quelques jours auparavant, samedi, une autre embarcation a été assistée alors qu'elle dérivait à environ 4 miles nautiques (soit 7 km) à l’Ouest de Boulogne-sur-Mer. L'embarcation transportant 15 migrants avait été repérée vers 4h du matin par un bateau de pêche. En bonne santé, les rescapés ont tous été pris en charge également par les pompiers et la police aux frontières.

Côté britannique, quatre bateaux transportant 57 personnes ont été interceptés mercredi par la police aux frontières. Une bonne partie des migrants, dont 23 qui se trouvaient sur une même embarcation, se réclament de nationalité iranienne, a indiqué le Home office.

La veille, quatre autres embarcations ont été interceptées avec 63 migrants au total. La police aux frontières britannique a pris en charge trois embarcations tandis que son homologue française s'est occupée du quatrième bateau. "Tous ceux qui ont été amenés sur le sol britannique sont surveillés de près afin de repérer d'éventuels symptômes du Covid-19", a assuré le Home office, voulant rassurer les craintes de voir le coronavirus se diffuser rapidement depuis les campements de migrants éparses à Calais et ses environs.

La semaine dernière, des travailleurs humanitaires ont commencé à visiter les camps autour de Calais afin d'encourager les migrants à accepter de s'installer dans un hébergement temporaire, a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais.

>> À (re)lire : À Calais et Grande-Synthe, début des évacuations de migrants "volontaires"

L'année dernière, plus de 2 700 personnes ont été secourues en mer ou interceptées alors qu'elles tentaient de traverser la Manche, malgré la dangerosité de cette zone maritime parmi les plus fréquentées au monde et où les intempéries ainsi que les courant rendent la navigation périlleuse. Au moins quatre migrants sont morts l'année dernière au large des côtes françaises.

 

Et aussi