REUTERS/Giorgos Moutafis | Des réfugiés traversent le camp de Moria, sur l'île de Lesbos en Grèce, le 13 décembre 2019.
REUTERS/Giorgos Moutafis | Des réfugiés traversent le camp de Moria, sur l'île de Lesbos en Grèce, le 13 décembre 2019.

La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a annoncé mardi qu'environ 1 000 migrants se trouvant dans des camp insalubres situés sur les îles grecques allaient pouvoir être relogés dans des hôtels vides.

Environ 1 000 migrants vivant dans des camps sur les îles grecques vont pouvoir être relogés dans des hôtels vacants, a annoncé mardi 14 avril Ylva Johansson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, sur Twitter.

Elle remercie dans son message la Commission européenne mais aussi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) pour leur aide.

La veille, Gianluca Rocco, le chef de mission de l’OIM en Grèce, avait déjà annoncé le transfert de plus 2 000 personnes depuis les camps insalubres des îles vers des hôtels et appartements.

La priorité sera donnée aux personnes de plus de 65 ans, quel que soit leur état de santé, a souligné Gianluca Rocco.

Cette annonce fait suite à une suggestion similaire du HCR, rapporte le média grec Greek city times. L’agence onusienne avait appelé à reloger les migrants dans des hôtels, appartements ou bateaux situés dans les îles et sur le continent .

Selon Gianluca Rocco, "les hôteliers sont intéressés par le fait de pouvoir loger des migrants pour une période limitée".

Le chef de mission a également souligné que les autorités grecques et l'OIM étaient à la recherche d’installations pour loger 5 000 demandeurs d'asile dans les deux prochains mois, rapporte encore Greek city times. Cela pourrait passer par la rénovation de vieux bâtiments et la construction de logements préfabriqués.

Évacuation de mineurs

Des mesures sont également prises pour permettre l’évacuation de mineurs des camps grecs. Dans le cadre d'un programme européen de relocalisation de 1 600 mineurs non accompagnés vers d'autres pays européens, le premier groupe de 12 enfants, vivant jusqu'à présent dans des camps sur des îles de la mer Egée, doit quitter mercredi la Grèce pour le Luxembourg. Parmi ce groupe figurent neuf enfants de Lesbos, un de Samos et deux de Chios, a indiqué mardi le ministre des Migrations et de l'Asile, Notis Mitarachi, à la radio municipale d'Athènes.

Prochainement, 50 mineurs non accompagnés seront transférés en Allemagne, a-t-il ajouté.

L'ONG Human Rights Watch a appelé mardi Athènes a mettre fin à la détention "abusive" de centaines de mineurs non-accompagnés en Grèce.

Selon les données citées par l'organisation, 331 enfants étaient en détention au 31 mars, "dans les cellules de postes de police et des centres de détention insalubres en Grèce".

 

Et aussi