Un mineur non accompagné monte à bord d'un bus dans le port du Pirée, en Grèce, le 15 avril, avant d'être transféré vers le Luxembourg ou l'Allemagne dans le cadre d'un programme de relogement des enfants migrants des îles grecques. Photo : Reuters
Un mineur non accompagné monte à bord d'un bus dans le port du Pirée, en Grèce, le 15 avril, avant d'être transféré vers le Luxembourg ou l'Allemagne dans le cadre d'un programme de relogement des enfants migrants des îles grecques. Photo : Reuters

Un premier groupe de 12 migrants mineurs est arrivé au Luxembourg mercredi après avoir quitté les camps insalubres des îles grecques, dans le cadre d'un programme de relocalisation européen qui doit concerner 1 600 mineurs au total.

Douze jeunes Afghans et Syriens âgés de 11 à 15 ans ont dit au revoir aux camps insalubres des îles grecques. Mercredi 15 avril, ces jeunes isolés ont été accueillis au Luxembourg pour démarrer une nouvelle vie.

Ces mineurs étaient jusqu'à présent répartis dans différents camps sur les îles de Lesbos, Samos et Chios, ou plus de 36 000 personnes sont entassées dans des sites conçus pour en accueillir 6 100.

>> A (re)lire : Grèce : la peur du coronavirus pour les migrantes enceintes

Ils font partie des 1 600 enfants isolés originaires de pays en guerre qui seront à terme transférés dans différents pays européens candidats à leur accueil, dans le cadre d'une initiative lancée le 6 mars par la Commission européenne pour soulager la Grèce.

Par ce transfert, le Luxembourg devient le premier de ces pays à concrétiser son engagement. Cinquante autres jeunes migrants sont attendus ce week-end en Allemagne.

Les migrants mineurs en Grèce sont source d'inquiétude. Human Rights Watch a lancé une campagne, mardi, appelant le gouvernement grec à ''libérer'' plusieurs centaines de ces migrants non accompagnés retenus de manière ''abusive'', selon l'ONG, et de les loger dans le respect des règles de confinement.  

2 380 ''personnes vulnérables'' relogées en Grèce à partir de dimanche

En parallèle du début de ce programme européen, le ministère grec des Migrations a annoncé jeudi que la Grèce allait entamer dimanche le transfert vers sa partie continentale de centaines de demandeurs d'asile âgés ou malades vivant eux aussi dans les camps surpeuplés des îles en mer Egée, afin de protéger ces personnes du coronavirus.

Quelque 2 380 "personnes vulnérables" seront évacuées depuis ces camps vers des appartements, des hôtels ou d'autres camps sur le continent. L'opération, dont les détails seront précisés ultérieurement, durera environ deux semaines.

"Cette mesure supplémentaire de protection vise à réduire le risque d'une flambée" de Covid-19, a souligné le ministère.

>> A (re)lire : Coronavirus : dans le camp de Malakasa en quarantaine, "personne ne manque de nourriture"

Les personnes concernées comprennent 200 demandeurs d'asile âgés de plus de 60 ans, accompagnés de leurs proches, ainsi qu'un groupe de 1 730 personnes constitué de personnes souffrant de maladies antérieures à l'épidémie, avec leurs proches, a précisé le ministère.

Aucun cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été officiellement signalé dans les camps de Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos. Plusieurs cas ont cependant été déclarés dans deux camps installés sur le continent.


 

Et aussi