REUTERS/Costas Baltas | Des migrants mineurs isolés embarquent à Athènes pour l'Allemagne, le 18 avril 2020.
REUTERS/Costas Baltas | Des migrants mineurs isolés embarquent à Athènes pour l'Allemagne, le 18 avril 2020.

Quarante-sept migrants mineurs non accompagnés sont arrivés ce samedi matin en Allemagne. Ils viennent des camps de réfugiés situés sur les îles grecques où règnent des conditions d'hébergement insalubres.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibault

« L’Allemagne tient ses promesses. Nous faisons un geste en faveur d’une plus grande solidarité en Europe. Je suppose que nos partenaires vont également tenir leurs engagements aussi vite que possible. » Le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer s’est félicité de l’arrivée ce samedi matin, en Basse-Saxe, de 47 réfugiés mineurs non accompagnés.

Originaires de Syrie, d’Afghanistan et d’Érythrée, ils se trouvaient dans des camps sur les îles grecques de Samos, Lesbos et Chios. Après un examen médical avant leur départ, ils vont être placés en quarantaine durant deux semaines.

Une vingtaine d’entre eux ont des parents qui vivent en Allemagne et pourraient ensuite les rejoindre si cela est possible. Les autres seront pris en charge dans la région de Basse-Saxe. Son ministre de l’Intérieur avait visité des camps de réfugiés en Grèce, il y a six mois, et s’était engagé pour l’accueil de réfugiés mineurs non accompagnés.

Trop peu de mineurs transférés, selon les ONG

L’Allemagne veut en accueillir jusqu’à 500. Au total, dix pays européens se sont engagés à prendre en charge environ 1 500 enfants. Les ONG qui se battent pour l’accueil des migrants dénoncent des transferts bien trop faibles à leurs yeux.

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi