Image d'illustration dans un centre pour migrants en banlieue de Lisbonne. Crédit : InfoMigrants
Image d'illustration dans un centre pour migrants en banlieue de Lisbonne. Crédit : InfoMigrants

Un centaine de réfugiés hébergés dans une auberge de jeunesse à Lisbonne ont été testés positifs au coronavirus. Les personnes infectées ont été relogées et placées en quarantaine.

Pourtant relativement épargné par le coronavirus avec à peine 21 000 cas et moins de 800 décès sur son sol (à la date du 20 avril), le Portugal a annoncé lundi 20 avril que plus d'une centaine de réfugiés hébergés dans une auberge de jeunesse de Lisbonne ont été infectés par le virus.

Sur un total de 180 locataires, 138 ont été testés positifs. Ces derniers ont été relogés et placés en quarantaine, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la municipalité.

>> À (re)lire : Reportage : quand le Portugal redouble d'efforts pour intégrer les réfugiés

L'auberge où ils logeaient a été évacuée dimanche après le signalement d'un cas suspect concernant un homme ayant été hospitalisé, a précisé à la presse l'adjoint au maire de Lisbonne en charge de la protection civile, Carlos Costa.

Les autres résidents étaient pour l'heure sans symptôme de la maladie Covid-19, a-t-il ajouté.

L'établissement situé dans un quartier populaire du centre de la capitale portugaise a entretemps été désinfecté par les pompiers et les réfugiés ayant été testé négatifs ont pu s'y installer de nouveau.

>> À (re)lire : Réfugiés : le Portugal se positionne comme un pays d’accueil

Selon les médias locaux, ces personnes sont toutes des hommes ayant demandé l'asile au Portugal. "Ce sont des jeunes originaires d'Egypte, de Côte d'Ivoire et d'autres régions du monde", a déclaré à la télévision publique RTP Mohamed Abed, un responsable de la mosquée de Lisbonne, le lieu où ils ont attendu le résultat des tests.

Le Portugal a décidé d'accorder à tous les immigrés en attente de régularisation et aux demandeurs d'asile les mêmes droits que les résidents, notamment en matière d'accès aux soins médicaux, pour la durée de l'état d'urgence décrété afin de freiner la pandémie de coronavirus.

L'état d'urgence en vigueur depuis le 19 mars a été prolongé jusqu'au 2 mai inclus.

 

Et aussi