Un incendie s'est déclaré dans le camp de Vial, sur l'île de Chios, samedi soir. Crédit : Reuters
Un incendie s'est déclaré dans le camp de Vial, sur l'île de Chios, samedi soir. Crédit : Reuters

Oumar*, originaire d'Afrique de l'ouest, vit dans le camp de Vial, sur l'île grecque de Chios, depuis plusieurs mois. En contact avec InfoMigrants, le jeune homme raconte comment les violences ont éclaté dans la soirée du samedi 18 avril, provoquant l'incendie de plusieurs structures.

"Les violences ont débuté samedi soir. Une femme irakienne, malade et souffrant terriblement, s'est vu refuser l'accès à un médecin par les autorités du camp. Un peu plus tard, elle est décédée. [Selon l'agence de presse grecque ANA, cette femme avait été hospitalisée plus tôt dans la semaine en raison d'une fièvre. Elle avait alors été testée négative au Covid-19, NDLR.]

Les communautés arabe et afghane se sont alors révoltées. Les migrants se sont mis à vandaliser et incendier des boutiques, les bureaux administratifs et les services de l'asile, le poste de police, les toilettes mobiles, etc.

>> À (re)lire : Grèce : incendie dans un camp de migrants après des violences

Ils étaient très en colère. Je les comprends car la situation est très compliquée dans le camp [Plus de 5 000 migrants vivent entassés dans le camp de Vial, prévu initialement pour 1 000 personnes, NDLR]. C'est encore plus dur avec le coronavirus car nous sommes livrés à nous-mêmes et nous avons très peu d'informations.

Face à la révolte, la police a fait usage de la force et a utilisé des gaz lacrymogènes. Les migrants prenaient la fuite, ils couraient dans tous les sens.

"Tout a brûlé, nous n'avons plus rien"

Dans leur riposte, les policiers ont jeté des gaz lacrymogènes en direction du bâtiment des Africains, qui eux n'avaient pas pris part aux violences. La structure s'est enflammée alors que des personnes dormaient à l'intérieur. Les femmes et les enfants criaient de peur. On était tous en panique. Heureusement, tout le monde a réussi à sortir sain et sauf.

Mais nos documents administratifs ont brûlé à l'intérieur. Nous n'avons plus rien, à part les vêtements que nous portions. Tout a brûlé !

>> À (re)lire : Coronavirus : la Grèce restreint encore les mouvements des migrants sur les îles

Après l'intervention de la police, le calme est rapidement revenu dans le camp. Les autorités nous ont relogés dans un autre bâtiment, qui servait à stocker des bidons d'eau.

Hier (dimanche, NDLR), la directrice du camp est venue nous rendre visite en réaction aux violences. Elle nous a seulement dit que le Premier ministre travaillait sur le dossier et allait revenir avec des solutions.

Pour l'heure, nous ne savons pas ce qu'il va se passer."

*Le prénom a été modifié et le pays d'origine n'est pas mentionné pour garantir l'anonymat d'Oumar.

 

Et aussi