Le ministre bosniaque de la sécurité estime que les migrants représentent une menace. Crédit : DW
Le ministre bosniaque de la sécurité estime que les migrants représentent une menace. Crédit : DW

Fahrudin Radoncic, ministre de la Sécurité en Bosnie, a déclaré jeudi qu'il souhaitait expulser les migrants du pays car ils représentent, selon lui, une menace et un fardeau. Ceux qui ne peuvent pas fournir de pièce d'identité devraient aller directement en prison, a-t-il encore estimé.

Le ministre bosniaque de la Sécurité souhaite expulser les migrants du pays, arguant qu'ils représentent une menace potentielle pour la sécurité et un lourd fardeau en pleine épidémie de coronavirus.

Fahrudin Radoncic a également déclaré jeudi 23 avril que les migrants ne pouvant pas fournir de passeports ou d'autres documents d'identité devraient être emprisonnés plutôt que logés dans des camps de migrants en Bosnie.

Les migrants "qui ne veulent pas montrer leur carte d'identité ne seront plus autorisés à utiliser nos camps de migrants et réfugiés", a-t-il assuré. "Ils iront directement en prison. Et nous le garderons pendant un à cinq ans jusqu'à ce que nous puissions établir leur identité, c'est notre proposition de nouvelle loi."

Le ministre n'a cependant pas précisé la date à laquelle le projet de loi serait prêt à être débattu au Parlement.

La Bosnie, petit pays sur la route des Balkans, est considéré par les migrants comme un pays de transit, en vue de rejoindre l'ouest ou le nord de l'Europe. Mais le renforcement des contrôles aux frontières a empêché de nombreux migrants de continuer leur route. Ils se retrouvent ainsi bloqués dans ce pays.

"Nous voulons (alléger) le fardeau que constitue la prise en charge de 8 000 à 9 000 personnes ici, nous ne pouvons tout simplement pas gérer ça, surtout maintenant", avec la crise sanitaire, a encore déclaré Fahrudin Radoncic. "Nous voulons également décourager psychologiquement les nouveaux migrants de venir ici après la fin de la pandémie et la réouverture des frontières."

 

Et aussi