Des migrantes éthiopiennes à Djibouti. Crédit : Picture-alliance
Des migrantes éthiopiennes à Djibouti. Crédit : Picture-alliance

Au mois d'avril, plus de 2 000 migrants éthiopiens ont été renvoyés dans leur pays par le gouvernement djiboutien. Les autorités éthiopiennes s'inquiètent de ces renvois qui risquent, selon elles, de propager le coronavirus. Quatre de ces migrants expulsés ont en effet été testés positifs au Covid-19.

Selon l'Organisation internationale des migrations (OIM), "plus de 2 400 migrants" ont été renvoyés en Ethiopie par les autorités djiboutiennes depuis début avril. L'agence onusienne précise cependant qu'avec "la pandémie en cours, c'est une situation qui évolue et les chiffres changent".

Déposés à la frontière, ces migrants sont ensuite placés en quarantaine dans la ville éthiopienne de Dire Dawa (dans l'est du pays), a rapporté Zewdu Assefa, de l'Institut éthiopien de la Santé publique.

Ces renvois en pleine crise sanitaire inquiètent les autorités qui ne savent pas si les migrants renvoyés ont été testés à Djibouti avant leur départ. "Il y a une inquiétude, c'est sûr, et nous faisons de notre mieux pour faire face à la situation", ajoute Zewdu Assefa qui précise qu'au moins quatre de ces Ethiopiens rentrés ont été testés positifs au coronavirus.

"Déportation forcée"

Les Ethiopiens qui cherchent à émigrer vers l'Arabie saoudite pour y trouver du travail passent le plus souvent par Djibouti, d'où ils embarquent sur des bateaux pour traverser la mer Rouge.

L'ambassadeur djiboutien en Ethiopie, Mohamed Idriss Farah, a expliqué vendredi 24 avril que nombre de ces migrants s'étaient retrouvés bloqués à Djibouti en raison des restrictions imposées sur les moyens de transport dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 et voulaient rentrer chez eux. Mais Zewdu Assefa assure que certains d'entre eux ont probablement été victimes de "déportation forcée".

Le pays doit également faire face au retour de près de 3 000 migrants expulsés d'Arabie saoudite mi-mars. La coordinatrice des Nations unies pour l'Ethiopie, Catherine Sozi, a appelé la semaine dernière à une pause dans ces "déportations à grande échelle", avertissant qu'elles rendaient "beaucoup plus probable" la propagation du coronavirus.

L'Ethiopie, deuxième pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 100 millions d'habitants, a dénombré 117 cas du Covid-19 sur son sol.

 

Et aussi