Philippe LOPEZ / AFP | Migrants en attente d'être évacués par la police à Aubervilliers, le 28 janvier 2020.
Philippe LOPEZ / AFP | Migrants en attente d'être évacués par la police à Aubervilliers, le 28 janvier 2020.

Travail, asile, expulsions... La Cour des comptes préconise, dans un rapport publié ce mardi 5 mai, une "modernisation" de la politique migratoire française, réhabilitant au passage les quotas.

Les expulsions ? « Peu efficaces. » L'enregistrement de la demande d'asile ? Trop lente. L'immigration de travail ? Doit s'inspirer du modèle canadien. Le rapport de la Cour des comptes utilise trente fois le mot « modernisation » pour revoir la politique migratoire française.

Dans ce document intitulé « L'entrée, le séjour et le premier accueil des personnes étrangères », la Cour dresse l'état des lieux d'une politique dont le triptyque, maîtrise de l'immigration, garantie du droit d'asile et intégration, nécessite « des objectifs plus tangibles, plus précis et plus réalistes ».

À commencer par ceux impartis aux délais d'enregistrement des demandes d'asile. « Depuis plusieurs années, les cibles de délais assignées par l'État sont plus strictes que les obligations légales car elles sont en partie conçues comme des signaux supposés décourager les demandes infondées », relève l'autorité administrative indépendante, pointant en particulier les procédures dites « accélérées », qui doivent être traitées en 15 jours mais dont les délais réels constatés sont de 121 jours.

Allonger la durée de certains titres de séjour

Parmi ses 14 recommandations pour la France, qui « accueille sensiblement moins de personnes étrangères que les autres grands pays occidentaux par la voie de l'immigration régulière », la juridiction financière suggère également de « simplifier le régime du séjour en allongeant la durée de certains titres, en automatisant le renouvellement de ceux qui s'y prêtent et en allégeant les formalités procédurales ».

En 2018, selon le rapport, plus des trois quarts des premiers titres avaient une validité d'un an, sans que ce ne soit « le gage d'une plus grande sélectivité », avec des refus de renouvellement de 1 % seulement.

Modèle canadien pour l'immigration professionnelle

La filière d'immigration professionnelle, elle, « pourrait être modernisée et diversifiée en s'inspirant du modèle canadien, fondé sur des cibles quantitatives pluriannuelles » et « un système de sélection individuel ». La Cour reprend à son compte la notion controversée de quotas pour la migration de travail, qui s'était effondrée en France entre 2011 et 2017, avant de se redresser.

Elle rappelle que la liste des « métiers en tension », censée déterminer les professions pour lesquelles l'immigration professionnelle est ouverte, est « aujourd'hui dépassée ». Une obsolescence qui fait consensus jusqu'au gouvernement, qui a prévu de la réviser.

Scepticisme au ministère de l'Intérieur

Dans une réponse à la Cour des comptes, le ministère de l'Intérieur s'est montré sceptique, évoquant une hypothèse « avant tout adaptée à un pays ayant d'importants besoins de main-dœuvre sans possibilité de mobiliser des actifs déjà installés » sur le territoire. « Cette situation n'est pas celle de la France (...) qui doit parallèlement assurer l'insertion dans l'emploi de personnes résidant en France, qu'elles soient Françaises ou étrangères. »

Par ailleurs, l'autorité administrative a jugé « peu efficace » la politique d'éloignement du gouvernement, lui suggérant de « mettre en place les moyens nécessaires à l'augmentation du nombre de départs aidés ». Sur ce point, la Place Beauvau n'a pas repris la Cour.

Le texte du rapport de la Cour des comptes

► À écouter : L’immigration en France: un bénéfice économique

Texte initialement publié sur : RFI

 

Et aussi