Des migrants évacués de Lesbos ont été empêchés de rejoindre leurs nouveaux logements (archives). Crédit : Reuters
Des migrants évacués de Lesbos ont été empêchés de rejoindre leurs nouveaux logements (archives). Crédit : Reuters

Plusieurs manifestations ont eu lieu mardi en Grèce continentale afin de protester contre l'arrivée de migrants évacués des camps surpeuplés des îles de la mer Égée. Une centaine de personnes ont ainsi empêché 57 migrants de rejoindre l'hôtel, où ils étaient censés être hébergés.

Ils ne veulent pas de migrants chez eux et le font savoir. Environ 150 manifestants ont empêché, mardi 5 mai, quelque 50 migrants évacués des îles grecques de la mer Égée d'atteindre un hôtel, où ils étaient censés être logés.

Les manifestants ont également incendié une chambre du rez-de-chaussée de cet hôtel, situé dans un village de la région de Pella, dans le nord de la Grèce.

Aucun blessé ni arrestation n'a été signalé. Le confinement lié au coronavirus en Grèce n'autorise pourtant que les rassemblements publics de 10 personnes maximum.

>> À (re)lire : Lesbos : dans le camp de Moria, "le coronavirus a entraîné le chaos, le stress est énorme"

Face aux protestataires, le bus transportant les 57 migrants a fait demi-tour et a tenté de rejoindre une autre village de la région. Mais des manifestants ont érigé des barrages sur la route afin d'interdire l'accès à un hôtel local.

Le groupe a finalement été conduit dans la ville de Thessalonique, où il a été hébergé dans un hôtel local.

Une cinquantaine de migrants débarquent à Lesbos

De plus petites manifestations ont également eu lieu dans un hôtel de la région de Kilkis, dans le nord du pays, où 250 demandeurs d'asile de Lesbos ont été emmenés. Les protestations des habitants ont toutefois été de courte durée et les migrants ont pu regagner l'établissement, qui héberge déjà d'autres demandeurs d'asile.

Le gouvernement grec a promis de réduire la surpopulation dans les camps de migrants des îles de la mer Égée, où s'entassent plus de 36 000 personnes. Il a déjà commencé à en évacuer quelques centaines vers le continent.

Si les mesures de restrictions de déplacements imposées par les gouvernements grec et turc pour lutter contre la pandémie de coronavirus, ont considérablement réduit le nombre d'arrivées sur les îles, les débarquements semblent reprendre ces derniers jours.

Mercredi, une embarcation composée de 50 personnes est en effet arrivée sur l'île de Lesbos, une première depuis le 1er avril. Le canot est arrivé dans la partie nord-ouest de l'île, loin des zones de débarquements traditionnelles pour les arrivées de migrants.

Les nouveaux arrivants ne pourront pas rejoindre le camp de Moria, ils doivent rester 14 jours en quarantaine pour empêcher la possible propagation du Covid-19.

 

Et aussi