Des masques en tissu distribués gratuitement par la mairie de Bagnolet en banlieue parisienne. Crédits : InfoMigrants
Des masques en tissu distribués gratuitement par la mairie de Bagnolet en banlieue parisienne. Crédits : InfoMigrants

La France entame son déconfinement à partir du lundi 11 mai. De nouvelles règles vont entrer en vigueur, notamment en matière de port du masque pour se protéger du coronavirus. InfoMigrants fait le point pour vous.

Les informations au sujet des masques de protection contre le Covid-19 se multiplient à l'approche du déconfinement annoncé pour le 11 mai par le gouvernement français. Il n'est pas toujours facile de distinguer le vrai du faux.

InfoMigrants vous résume ce qu'il faut retenir pour se protéger et éviter au maximum de propager le virus autour de vous. 

Le port du masque est-il obligatoire pour tout le monde en France ?

Non. Mais il est recommandé de porter le masque dans de nombreuses circonstances afin d’éviter la propagation du Covid-19.

Les masques, en revanche, seront obligatoires pour les personnes âgées de plus de 11 ans dans tous les transports en commun (métro, bus, tramway, trains, taxi et vtc...), sous peine de se voir infliger une amende de 135 euros. L’usagère ou l'usager qui ne respecte pas cette règle devra quitter les lieux.

Certains professionnels, comme les personnes travaillant au contact de jeunes enfants et dans les écoles, seront obligés de porter le masque.

Dans les écoles, il sera obligatoire pour les élèves à partir du collège. Pour ces derniers, il en sera fourni à ceux "qui n'auraient pas réussi à s'en procurer". Au contraire, les masques sont interdits pour les enfants de moins de 3 ans et à la maternelle, en raison de risques d'étouffement.

Pour les élèves des écoles primaires (enfants âgés de 6 à 11 ans), le protocole du ministère de l'Éducation nationale indique que le port du masque n'est pas recommandé. Les enfants peuvent en porter s'ils le souhaitent et s'ils savent bien l'utiliser.

Quels sont les types de masques accessibles à tous ? 

• Les masques FFP2, en forme de becs de canard, également appelés “masque de protection respiratoire individuelle” sont les plus protecteurs. Ils sont en majorité réservés au personnel soignant.

• Les masques chirurgicaux sont eux aussi destinés aux soignants et aux malades la plupart du temps. Moins efficace que les FFP2, ce type de masque ne protège pas celui qui le porte, mais protège les autres. Si tout le monde l'utilise, cela pourrait diminuer le risque de propagation du Covid-19.

• Le masque appelé “masque grand public” par le président français Emmanuel Macron est un masque en tissu lavable et réutilisable. C’est celui que l’on trouve le plus facilement en pharmacie, dans les bureaux de tabac et les supermarchés.

Attention pour être efficace, qu’il soit acheté dans le commerce ou fabriqué à la maison, il doit répondre à des normes dites “AFNOR”. L'Association française de normalisation (AFNOR) reprend les recommandations de l'Agence du médicament (ANSM).

Sur son site, l’AFNOR met à disposition de tous un tutoriel à télécharger pour fabriquer ce modèle.


Certains scientifiques ont des doutes sur la capacité de ces masques “grand public” à bloquer le virus. Mais pour les défenseurs des masques, tout modèle est mieux que ne pas en porter du tout. Il évite de propager les postillons, de se toucher le visage et donc de s'infecter si on a du virus sur les mains.

Comment on les porte ?

Avant de porter le masque, il faut se laver les mains, pour ne pas transporter le virus dessus en le manipulant.

Le masque doit couvrir la bouche et le nez. Pour les masques chirurgicaux, la partie bleue doit être à l’extérieur et la partie blanche contre la bouche. La petite tige semi-rigide se place en haut, car en pinçant cette barrette, vous pouvez mieux ajuster le masque sur votre nez.

De façon générale, il est préférable de manipuler les masques en les tenant par les élastiques afin d’éviter le contact avec la partie protectrice du masque.

Une fois mis en place, le masque ne doit pas être touché. Par exemple, il n’est pas recommandé de le faire pendre par une oreille, à son cou, ou de le poser sur le front pour répondre au téléphone portable. 


Pour le retirer, il faut se laver les mains avant et après, l'enlever par les attaches, surtout sans toucher l'avant potentiellement contaminé.

Si le masque en tissu est mouillé à cause de l’humidité de notre respiration, il faudra en changer et prévoir plusieurs masques pour une sortie de plusieurs heures. Leurs usage est limité à 4 heures maximum. L’AFNOR recommande donc d’emporter trois masques pour une journée, un le matin, un pour le soir et un masque de plus par précaution.

Tutoriel du gouvernement franais sur lusage des masques grand public Crdits  ministre de la Sant
Dans tous les cas, le port du masque ne dispense pas des gestes barrières à appliquer pour limiter la contagion et la propagation du coronavirus : se laver les mains régulièrement et correctement, jeter ses mouchoirs usagés, respecter les distances de sécurité d’au moins 1 mètre, éternuer dans son coude, se saluer sans se serrer la main...

Les gestes barrires prconiss par le gouvernement franais Crdits  ministre de la SantLes distances de scurits conseilles par le ministre de la Sant Crdits  ministre de la Sant

Comment et quand lave-t-on son masque ?

Pour les masques en tissu lavables, l’ANSM recommande un lavage à 60 C° minimum pendant 30 minutes afin d’éliminer toute trace du virus. Il est préférable de laver son masque après chaque sortie. L'idée est donc d'avoir plusieurs masques en tissu afin de pouvoir alterner (utiliser les propres pendant que les masques sales sont au lavage). 

Mais même lavable, le masque en tissu n'est pas utilisable indéfiniment. Le logo officiel sur l’emballage lors de l’achat précise le nombre de lavage : testé pour 5 lavages, 10, 20, ou maximum 30. Le prix varie en fonction du nombre de lavage possible. Les masques cousus à la main sont a priori moins résistants.

Il est recommandé de les jeter au moindre signe d'usure.

Où peut-on en acheter ? 

Depuis quelques jours, les pharmacies, les supermarchés et les bureaux de tabac vendent à tout le monde au minimum des masques grand public. Les prix varient de 0,95 euro l'unité à 15 euros s’il s’agit de masques jetables ou en tissu, et en fonction du nombre de lavages possible.

Où en trouver gratuitement ? 

Plusieurs mairies commencent à distribuer des masques gratuitement à leurs habitants, la plupart du temps sur justificatif de domicile. Se renseigner sur le site internet de votre ville.

Chaque préfecture de France aura un stock de masques destinés à être donné gratuitement aux personnes en situation de précarité. Certains organismes sociaux - s'ils ont reçu des masques - en distribuent déjà aux personnes hébergées (CADA, hôtels du 115...). Les travailleurs sociaux et assistantes sociales dont vous dépendez pourront vous renseigner. 

Enfin, partout en France dans les transports publics seront distribués des masques. En Île-de-France, dans le métro, des masques en tissu seront mis à disposition de tous les voyageurs de la RATP en entrée de gare pendant les trois premières semaines du déconfinement, soit du 11 au 31 mai. D’autres seront disponibles aux guichets et distribués aux détenteurs des pass Navigo. Des distributeurs automatiques pourront également permettre d’acheter des masques à 95 centimes d'euro dans le métro.

Où jeter ses masques usagers ?

Une fois usagés, les masques jetables et les masques en tissu abîmés doivent être placés dans un sac plastique noué et jeté à la poubelle. Ils ne doivent jamais être abandonnés au sol, au risque de contaminer des éboueurs, des passants, des enfants qui les ramasseraient sans précaution suffisante.

 

Et aussi