Une femme et son enfant traversent le camp de Moria, sur l’île de Lesbos, en janvier 2020 | Photo: EPA/Dimitris Tosidis
Une femme et son enfant traversent le camp de Moria, sur l’île de Lesbos, en janvier 2020 | Photo: EPA/Dimitris Tosidis

Alors que les mesures de restrictions s'assouplissent dans le pays, la Grèce a annoncé dimanche qu'elle allait prolonger jusqu'au 21 mai le confinement imposé depuis mars aux camps de migrants et aux centres d'accueil, sans expliquer le motif de cette décision.

Le confinement des camps de migrants en Grèce ne sera finalement pas levé lundi 11 mai comme prévu. Les autorités grecques ont annoncé dimanche qu'elles allaient prolonger jusqu'au 21 mai le confinement imposé depuis mars à cette population.

"Les mesures de confinement pour les personnes vivant dans les camps de migrants et les centres d'accueil en Grèce sont prolongées jusqu'au 21 mai", a déclaré le ministère de l'Immigration et de l'asile dans un communiqué.

>> À (re)lire : Grèce : des centaines de migrants bloqués dans des camps sans pouvoir demander l'asile

Le ministère n'a pas expliqué pourquoi cette décision avait été prise, six jours après le début de l'assouplissement des mesures de restriction imposées dans le pays pour endiguer la pandémie de coronavirus.

Dans l'ensemble de la Grèce, où quelque 100 000 demandeurs d'asile sont actuellement bloqués, 2 710 cas de coronavirus ont été enregistrés et 151 décès. Selon les autorités, aucun cas de contamination n'a été jusqu'à présent enregistré dans les camps des îles de la mer Égée.

Transferts de migrants vers le continent

Sur le continent, en revanche, deux camps et un hôtel accueillant des demandeurs d'asile ont été fermés en avril après la détection de nombreuses contaminations au Covid-19.

Ces contaminations sont survenues alors que le gouvernement grec avait promis de transférer 2 000 demandeurs d'asile des îles vers le continent. Dimanche soir, 137 demandeurs d'asile devraient être transférés de Lesbos, où les conditions d'hygiène et le manque d'eau sont critiques. Les camps les plus surpeuplés sont situés sur les îles proches de la Turquie, avec plus de 36 000 personnes entassées dans des sites conçus pour en accueillir 6 100.

>> À (re)lire : Grèce : des manifestants empêchent les migrants évacués des îles de rejoindre leurs nouveaux logements

Mercredi, le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) s'était félicité de la baisse du nombre des migrants sur les îles grecques, "pour la première fois" depuis janvier 2019. Il avait appelé Athènes à œuvrer aussi rapidement pour intégrer les réfugiés que pour lutter contre le coronavirus.

 

Et aussi