Image d'archive de l'entrée de la préfecture de Seine-et-Marne à Melun. Crédit : Google Street View (août 2019)
Image d'archive de l'entrée de la préfecture de Seine-et-Marne à Melun. Crédit : Google Street View (août 2019)

Après 55 jours de confinement, la France se remet progressivement en mouvement à compter du lundi 11 mai : est-il possible de se déplacer ? Quels sont les établissements, les administrations ou encore les commerces qui rouvrent ? InfoMigrants fait le point.

Le déconfinement a commencé lundi 11 mai en France. Il doit permettre une reprise progressive de l'activité économique du pays en respectant de nouvelles règles sanitaires afin d'éviter un regain de l'épidémie de coronavirus.

Déplacements et transports en commun

Il n'est désormais plus nécessaire de remplir une attestation pour se déplacer et la distance dont on peut s'éloigner de son domicile passe de 1 à 100 kilomètres. Si vous souhaitez aller au-delà de cette nouvelle limite, il faudra pouvoir justifier d'une raison "impérieuse", notamment familiale ou professionnelle. Dans tous les cas, une pièce d'identité et un justificatif de domicile peuvent vous être demandés. En cas de non respect, vous vous exposez à une amende de 135 euros.

Dans les transports en commun, le port du masque est rendu obligatoire à partir de l'âge de 11 ans, y compris lorsque vous circulez dans les couloirs ou les stations. Sur les quais et à bord des wagons ou encore des bus, il est demandé de se tenir à un mètre au moins des autres passagers, ce qui dans la pratique condamne un siège sur deux. Les opérateurs de transport ont collé des millions de stickers au sol ces derniers jours pour guider les voyageurs. 

>> À (re)lire : Coronavirus : tout savoir sur le port du masque en France

Cas particulier : les Franciliens doivent être munis d'une attestation de leur employeur pour emprunter les transports en commun d’Île-de-France en heures de pointe, entre 6h30 et 9h30 et entre 16h00 et 19h00. Les verbalisations (135 euros) commenceront en milieu de semaine. Si toutefois vous deviez vous déplacer aux heures de pointe pour une raison impérieuse (rendez-vous administratif, activités non salariées, scolaires, raisons médicales, convocations judiciaires, etc), il vous faudra remplir une auto-attestation.

Vélos, trottinettes, covoiturage reprennent du service

Les pouvoirs publics veulent favoriser le vélo pour les déplacements de proximité, grâce notamment à de nouvelles pistes cyclables dessinées pour le déconfinement. Une prime de 50 euros doit aider à remettre les bicyclettes en état. 

Les services de vélos et trottinettes en libre-service vont parallèlement reprendre leur activité. 

Le covoiturage peut aussi reprendre, mais il est limité à un seul passager (assis à l'arrière à droite), le port du masque étant obligatoire pour tous à bord. Le gouvernement recommande que les véhicules soient désinfectés avant chaque trajet, ce qui pourrait limiter le recours au covoiturage.

Réouverture des crèches et écoles primaires

La réouverture des écoles et des crèches se fait progressivement à compter de mardi et lorsque les gestes barrières et les règles de distanciation pourront être appliqués. "Près de 86%" des 50 500 écoles de France vont ouvrir, pour accueillir "plus de 1,5 million d'enfants", sur un total de 6,7 millions d'écoliers en maternelle et élémentaire, a assuré au Journal du Dimanche le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. 

Les collégiens doivent retrouver plus tard en mai le chemin des classes (selon le classement de leur département en zone verte ou rouge), et une décision sera prise à la fin du mois pour les lycées.

Pour l'heure, quatre régions (Île-de-France, Hauts-de-France, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté) et 32 départements, dont Mayotte, où vivent quelque 27 millions de Français au total, restent classées "rouge" en raison de la circulation toujours rapide du virus et du risque de saturation des hôpitaux.

Reprise pour les commerces et les petits lieux culturels

Les commerces, à l'exception des bars, cafés, restaurants et grands centres commerciaux, vont également rouvrir à condition de respecter des gestes barrières et la distanciation. Tout comme les bibliothèques, médiathèques et petits musées.

L'interdiction de sociabiliser a été assouplie et les rassemblements jusqu'à dix personnes autorisés, toujours dans le respect des gestes barrières. Toutefois, bien que les lieux de culte aient rouvert, les cérémonies et célébrations demeurent interdites, y compris pour la fin du ramadan le 23 mai.

Les préfectures sur rendez-vous uniquement

Les services concernant plus spécifiquement les demandeurs d'asile reprennent également progressivement. Depuis le 5 mai, l’Ofii a déjà annoncé la reprise de l’enregistrement des demandes d’asile en Île-de-France pour les personnes dites vulnérables (femmes, familles, personnes avec un handicap, etc). A compter du 11 mai, l’Ofpra va de nouveau envoyer ou remettre en mains propres ses convocations. L'institution indique que les rendez-vous devront être honorés, ce qui signifie que les entretiens pour statuer sur les demandes d’asile reprennent également.

>> À (re)lire : Déconfinement : relance progressive des procédures administratives à l'Ofpra, la CNDA et en préfectures

Dans la plupart des préfectures, l'accueil demeure sur rendez-vous. "Ne vous déplacez pas ! Aucun renseignement ne sera donné à l'entrée", indique par exemple la préfecture de Seine-et-Marne sur son site internet. "Compte tenu du contexte sanitaire, l’accueil des demandeurs de titres de séjour en préfecture ou sous-préfecture sera limité uniquement aux usagers munis d’une convocation à une date qui sera précisée ultérieurement", détaille l'administration. 

Même consigne du côté de la préfecture du Nord qui précise que "les services des étrangers de la préfecture du Nord reprendront l'accueil du public sur rendez-vous le 15 juin 2020. Seul l'accueil des demandeurs d'asile dûment convoqués et porteurs de leur convocation reprendra dès le 11 mai." 

En Île-et-Vilaine, "les services du séjour, de l’asile et des naturalisations accueilleront des usagers dans le strict respect des mesures sanitaires (...) à compter du 13 mai". Là encore, "seules les personnes qui ont un rendez-vous et seules les personnes concernées directement par les démarches seront accueillies. Il conviendra également de ne pas venir avec ses enfants quand leur présence n’est pas obligatoire".

Dans tous les cas, il est conseillé de consulter le site internet de votre préfecture plutôt que de vous y rendre spontanément.

Numéro vert

En cas de doutes, le gouvernement rappelle qu'un numéro vert a été mis en place pour répondre aux questions sur les mesures de confinement et de déconfinement 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000. Cette plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux.

 

Et aussi

Webpack App