La vidéo montre un navire des garde-côtes grecs tentant de repousser une embarcation de migrants. Crédit : DR
La vidéo montre un navire des garde-côtes grecs tentant de repousser une embarcation de migrants. Crédit : DR

InfoMigrants a reçu une vidéo montrant un navire des garde-côtes grecs qui tente de repousser une embarcation de migrants venus des côtes turques. Samuel*, l'auteur de la vidéo originaire d'Afrique subsaharienne, raconte ce qu'il s'est passé ce jour d'avril en mer Égée.

Des ONG et collectifs alertent depuis plusieurs semaines sur des renvois expéditifs de migrants en pleine mer Égée. Alarm Phone, la plateforme d'aide aux migrants en mer, a reçu le témoignage d'un migrant le 10 mai évoquant "une attaque" en mer des garde-côtes grecs. Ces derniers auraient volé le carburant du canot de migrants et l'auraient laissé dériver.

Début mars déjà, une vidéo était devenue virale sur les réseaux sociaux. Elle montrait des garde-côtes grecs en train de tirer des coups de feu dans l'eau au large des îles grecques afin d'effrayer des migrants entassés sur une embarcation venue de Turquie - des informations qu'Athènes avait démenties.

InfoMigrants a reçu une autre vidéo tournée en mer Égée le 30 avril montrant un navire des garde-côtes grecs faire d'énormes vagues autour d'une embarcation de migrants pour les empêcher de rejoindre l'île de Lesbos. À bord du canot, on entend les cris et les pleurs des passagers apeurés.

Samuel*, un Africain de 25 ans qui a filmé la scène, raconte à InfoMigrants son "altercation" avec la marine grecque.


"Nous avons quitté les côtes turques vers 4h du matin le 30 avril depuis la ville d'Izmir. Nous étions une quarantaine dans l'embarcation dont des femmes et des enfants.

Après avoir navigué quelques heures, nous avons vu la côte grecque. Nous n'étions qu'à une vingtaine de kilomètres de l'île de Lesbos.

Mais nous avons été repérés par la marine grecque car un jeune enfant a fait de la lumière avec le téléphone de son père. Il faisait encore nuit.

"Les Grecs ont pris notre bidon d'essence"

Les garde-côtes sont alors montés sur de petits canots et sont venus à notre rencontre. Ils nous ont demandé de leur donner notre bidon d'essence.

Puis, ils nous ont lancé une corde. Nous pensions qu'ils nous dirigeaient vers Lesbos mais en fait ils nous ont emmenés en plein milieu de la mer.

Ils nous ont laissés là et sont repartis.

Nous n'avions plus d'essence, nous ne pouvions plus avancer alors nous avons appelé les garde-côtes turcs. Quand ils sont arrivés vers notre canot, ils ont fait des petites vagues dans l'eau pour nous pousser vers Lesbos car nous étions encore dans les eaux grecques.

Mais quand les Grecs ont vu ce qu'il se passait, ils sont revenus vers nous et ont fait d'énormes vagues pour nous repousser dans l'autre sens.

"Tout le monde pleurait"

C'était la panique dans l'embarcation. L'eau entrait dans le canot, on essayait de l'évacuer avec nos mains. Tout le monde pleurait et suppliait les Grecs d'arrêter. On avait très peur. On ne savait pas quoi faire, on se pensait morts, on était désemparés.

Au bout d'un moment, le navire des garde-côtes turcs est entré dans les eaux grecques et a tenté de calmer les vagues en faisant de légers mouvements. Les Grecs les suivaient. Nous, on était au milieu, tentant de survivre malgré les vagues.

Les Turcs nous ont finalement secourus vers 14h, devant les Grecs qui les observaient. Ils nous ont renvoyés en Turquie où nous avons passé une semaine en prison. A notre sortie, les autorités nous ont donné un document stipulant que nous avions 14 jours pour quitter le territoire.

Mais je n'ai nulle part où aller, alors je suis toujours en Turquie dans l'espoir d'atteindre la Grèce. Je vais retenter la traversée bientôt, je veux seulement vivre heureux et ce n'est pas possible ici."

*Le prénom a été modifié à la demande de l'intéressé

 

Et aussi