Les migrants avaient été placés en quarantaine à leur arrivée à Lesbos début mai. Crédit : Reuters
Les migrants avaient été placés en quarantaine à leur arrivée à Lesbos début mai. Crédit : Reuters

Deux migrants arrivés début mai sur l'île grecque de Lesbos ont été testés positifs au Covid-19. Les autorités assurent que ces personnes n'ont eu aucun contact avec les quelque 18 000 migrants qui vivent dans le camp de Moria car ils avaient été placés en quarantaine dès leur arrivée.

Le ministère grec des Migrations a annoncé, mardi 12 mai, que deux migrants arrivés récemment à Lesbos ont été testés positifs au coronavirus.

>> À (re)lire : Grèce : le confinement des camps de migrants prolongé jusqu'au 21 mai

Ces migrants font partie des 70 personnes qui ont débarqué sur l'île grecque les 6 et 10 mai. Ils avaient été placés en quarantaine dans un centre indépendant afin d'éviter tout contact avec d'autres demandeurs d'asile présents à Lesbos, notamment dans le camp de Moria où vivent 18 000 migrants.

"Il n'y a absolument aucun lien entre cette structure et celle de Moria", a assuré une source au ministère des Migrations.

Les deux demandeurs d'asile contaminés n'ont pas développé de symptômes, ont déclaré des responsables du centre. Des tests sont en cours sur les 68 autres migrants hébergés dans ce camp, mais également sur les personnes qui sont entrées en contact avec eux.

Ce sont les premiers cas de Covid-19 répertoriés dans un camp de migrants des îles grecques. Deux autres centres, celui de Malakasa et Ritsona, situés en Grèce continentale, ont en revanche été mis en quarantaine début avril après que des cas de coronavirus y ont été détectés. La ville de Kranidi, située à une centaine de kilomètres d'Athènes, a également été placée à l'isolement mi-avril après que 148 des 470 migrants hébergés dans un hôtel proche ont été testés positifs au nouveau coronavirus.

Les ONG redoutent l'arrivée du Covid-19 dans les camps surpeuplés des îles grecques. Dans un communiqué publié le 22 mars, l'organisation Human Rights Watch (HRW) disait craindre "une crise de santé publique" dans ces camps. "Alors que le gouvernement grec oeuvre pour arrêter la propagation du virus, les images des conditions sordides dans les camps d'accueil et d'enregistrement à Lesbos, Chios, Samos, Kos et Leros montrent que les critères minimum de protection contre le Covid-19 ne sont pas respectés", avait alors déploré Belkis Wille, chercheuse auprès de la division Crises et conflits de HRW.

 

Et aussi