Des migrants arrivent dans un camp à l'est d'Athènes après avoir été transférés depuis l'île grecque de Lesbos. Photo: EPA/GREEK MINISTRY OF IMMIGRATION
Des migrants arrivent dans un camp à l'est d'Athènes après avoir été transférés depuis l'île grecque de Lesbos. Photo: EPA/GREEK MINISTRY OF IMMIGRATION

Alors que les autorités grecques serrent la vis envers les migrants dans le pays, le ministre de la Migration a annoncé mercredi que 11 000 demandes d'asile avaient été rejetées ces deux derniers mois, ouvrant ainsi la voie à de probables expulsions vers la Turquie. Les services d'immigration, en charge de ces demandes, sont eux toujours fermés au public.

Le ministre grec de la Migration, Noris Mitarakis, a indiqué mercredi 13 mai, lors d'une interview à la radio grecque Skai Radio, que 11 000 demandes d'asile avaient été rejetées par les autorités ces deux derniers mois. Les migrants concernés "doivent repartir", a prévenu le ministre, sous-entendant des renvois massifs vers la Turquie, dernier pays par lequel sont passées ces personnes. Ces expulsions seront vraisemblablement organisées une fois que les mesures de restrictions dues au coronavirus auront été levées, a-t-il encore ajouté sans plus de précisions.

Cette annonce survient alors que les services d'immigration, en charge des demandes d'asile en Grèce, qui sont fermés au public depuis le 13 mars, n'ont pour leur part pas encore publié leurs statistiques relatives aux mois de mars et avril.

>> À (re)lire : Grèce : des centaines de migrants bloqués dans des camps sans pouvoir demander l'asile

Au cours de ce dernier mois, selon Noris Mitarakis, la Grèce a enregistré quelque 16 000 demandes d'asile, soit quatre fois plus que les chiffres enregistrés en moyenne par mois dans le pays. 

Restrictions

L'annonce d'Athènes sur le nombre de déboutés fait suite à des restrictions en termes de droits des migrants dans le pays. Une loi adoptée le 8 mai permet en effet d'accélérer les procédures d'asile, la détention automatique des demandeurs d'asile dont les appels ont été rejetés et ceux soumis à des procédures de retour.

En mars, la Grèce avait fait face à de nombreuses arrivées de migrants venus de Turquie, conséquence de l'ouverture des frontières côté turc décrété par le président Recep Tayyip Erdogan le 28 février. Les autorités avaient alors gelé les procédures d'asile pour une durée d'un mois à compter du 1er mars.

>> À (re)lire : La Grèce veut accélérer les expulsions

Dans la foulée, le déclenchement de la pandémie de coronavirus et du confinement a encore ralenti le processus de demandes d'asile. Les services d’immigration en charge de ces dossiers ont annoncé qu'ils ne rouvriraient pas avant le 18 mai.

 

Et aussi

Webpack App