Image d'archives de migrants avec des militaires serbes. Crédit : EPA
Image d'archives de migrants avec des militaires serbes. Crédit : EPA

La Serbie a annoncé samedi avoir déployé l'armée dans trois camps de migrants situés à la frontière avec la Croatie pour "protéger" la population locale contre le harcèlement et les vols présumés commis par des exilés.

Trois camps de migrants situés à la frontière serbo-croate sont désormais contrôlés par l'armée serbe.

Selon le ministre de la Défense qui a pris la parole samedi 16 mai, le président Aleksandar Vucic a ordonné le déploiement de troupes militaires pour "sécuriser" ces centres situés près de la ville de Sid, et qui abritent 1 500 personnes, originaires majoritairement de Syrie, d'Afghanistan et du Pakistan.  

Cette décision a été prise pour "protéger" la population locale contre le harcèlement et les vols présumés commis par des migrants.

>> À (re)lire : Reportage : des migrants pris au piège du cul-de-sac serbe

Après la levée de l'état d'urgence imposé pour lutter contre la propagation du coronavirus au début du mois en Serbie, les migrants se seraient aventurés à l'extérieur des centres, commettant "des délits mineurs et des entrées illégales dans les maisons", a précisé le président à la TV Prva.

"À cause de cela, les gens ne se sentent pas en sécurité", a ajouté Aleksandar Vucic.

Reste que le ressentiment contre les migrants est fort dans cette petite ville frontalière. Ces camps sont régulièrement la cible de manifestations non autorisées organisées par des groupes d'extrême droite.

On estime à 4 000 le nombre de migrants bloqués en Serbie qui cherchent à rejoindre l'Europe de l'ouest ou du nord.



 

Et aussi