Les deux victimes ont été découvertes par la police sur une route à l'extérieur de la petite ville de Cazin, près de la frontière croate. Crédit : Google Street View
Les deux victimes ont été découvertes par la police sur une route à l'extérieur de la petite ville de Cazin, près de la frontière croate. Crédit : Google Street View

La police bosniaque a annoncé, vendredi, que deux hommes avaient été tués lors de ce qu'ils semble être une bagarre entre migrants dans un petit village du nord du pays, près de la frontière avec la Croatie.

Deux migrants ont été poignardés à mort, vendredi 29 mai, dans un petit village près de la ville de Cazin, à la frontière entre la Bosnie et la Croatie. Selon Ale Siljdedic, un porte-parole de la police interrogé par l'agence de presse AP, il s'agirait d'une bagarre ayant éclaté au sein d'un groupe de migrants.

Ce sont des habitants qui ont donné l'alerte en contactant la police. À son arrivée sur place, celle-ci a alors découvert deux corps gisant sur une route, entourés de migrants essayant de leur venir en aide. 

>> À (re)lire : Plusieurs migrants retrouvés blessés à la frontière entre la Bosnie et la Croatie 

Les deux victimes qui n'étaient pas en possession de leurs papiers d'identité présentaient plusieurs blessures à l'arme blanche.

Une enquête a été ouverte, indique le porte-parole de la police.

Afflux de migrants sur la route des Balkans

Ce drame survient alors que le nombre de migrants qui affluent sur la route migratoire dite des Balkans est en augmentation depuis que les mesures de confinement dues au coronavirus commencent à s'assouplir à travers l'Europe.

Plusieurs milliers de migrants ont été bloqués le long de cette route réputée particulièrement dangereuse pendant des semaines à cause des différentes mesures de confinement et de la fermeture des frontières. Le flux semble reprendre peu à peu ces derniers jours et devrait même s'intensifier avec l'arrivée des beaux jours, selon le porte-parole Ale Siljdedic qui précise qu'en ce moment, entre 100 et 150 migrants arrivent quotidiennement dans cette région du nord-ouest, en provenance d'autres régions du pays, dans l'espoir d'entrer en Croatie et donc dans l'Union européenne.

Mais en face, la police croate est régulièrement accusée de violences et de refoulements illégaux de migrants vers la Bosnie. Plus tôt cette semaine, la Cour européenne des droits de l'Homme a d'ailleurs demandé des comptes à la Croatie après trois plaintes déposées par des réfugiés syriens.

 

Et aussi