Le ministre bosniaque de la Sécurité a annoncé mardi sa démission du gouvernement. Crédit : DW
Le ministre bosniaque de la Sécurité a annoncé mardi sa démission du gouvernement. Crédit : DW

Fahrudin Radoncic, ministre bosniaque de la Sécurité, a annoncé sa démission mardi après un désaccord sur la politique migratoire au sein du gouvernement. Il a justifié sa décision en expliquant qu'il manquait de soutien dans ce dossier.

"Les raisons sont complètement (liées à) une question de principe", a déclaré mardi 2 juin le ministre bosniaque en charge de la Sécurité pour expliquer sa démission du gouvernement.

"Nous avons un désaccord politique", a ajouté lors d'une conférence de presse Fahrudin Radoncic, qui dirige le parti centriste CFF dans le gouvernement de coalition dirigé par des nationalistes.

Le point de rupture concerne la façon d'interdire l'entrée et l'installation en Bosnie des migrants illégaux. Le ministre a estimé qu'il manquait de soutien dans ce dossier.

Le mois dernier, Fahrudin Radoncic avait proposé d'expulser du pays 9 000 migrants originaires d'Asie, du Moyen-Orient et d'Afrique du nord. Mais cette proposition avait suscité de vives critiques de la part des militants des droits de l'Homme et n'avait pas obtenu l'approbation du gouvernement de coalition.

Le ministre démissionnaire avait également accusé l'ambassadeur bosniaque au Pakistan d'être impliqué dans la délivrance de faux visas, et l'ambassadeur pakistanais en Bosnie de ne pas avoir aidé les autorités à identifier les sans-papiers originaires de son pays.

Les deux ambassadeurs avaient alors nié les accusations, et le plus grand parti bosniaque, le SDA, partenaire de Fahrudin Radoncic dans de nombreux dossiers, avait rejeté ses allégations.

 

Et aussi