Image d'archives de migrants dans le camp de Vucjak, dans le nord de la Bosnie. Crédit : Jeanne Frank, Item.
Image d'archives de migrants dans le camp de Vucjak, dans le nord de la Bosnie. Crédit : Jeanne Frank, Item.

Dans une lettre envoyée à la Bosnie, la Commissaire aux affaires intérieures de l'Union européenne a menacé de retirer l'aide financière allouée à la gestion des migrants si les autorités continuent de bafouer "l'État de droit et les droits de l'Homme" dans les centres d'hébergement situés à la frontière avec la Croatie.

Le ton monte entre la Bosnie et l'Union européenne (UE). La Commission européenne a menacé Sarajevo de reconsidérer l'aide financière allouée au pays pour gérer l'accueil des migrants.

L'avertissement a été transmis dans une lettre très brève envoyée le 12 juin au nom de la Commissaire aux affaires intérieures de l'UE, Ylva Johansson, au gouverneur de la région nord-ouest de Krajina, en Bosnie, où échouent la plupart des migrants qui entrent dans le pays.

>> À (re)lire : Bosnie : des migrants bloqués aux frontières de l'Union européenne

L'UE attend des autorités de Bosnie qu'elles respectent l' État de droit et les droits de l'Homme, a indiqué la lettre consultée par l'agence de presse AP.

"Si tel n'est pas le cas, la Commission réexaminera son aide dans le domaine de la gestion des migrations", dont la Bosnie a bénéficié jusqu'à présent, a averti l'UE.

60 millions d'euros d'aide

L'Union a octroyé à la Bosnie 60 millions d'euros de financement d'urgence, notamment pour six centres de migrants qui hébergent actuellement plus de 6 000 personnes. On estime qu'environ 1 500 autres dorment dans la rue dans plusieurs villes de la région de Krajina, située à la frontière de la Croatie, membre de l'UE.

La frontière entre la Bosnie et la Croatie est une des principales portes d'entrée dans l'UE depuis que la route des Balkans a été fermée en 2017. Des milliers de migrants désireux de rejoindre l'ouest et le nord de l'Europe y sont bloqués dans des conditions très précaires, dénoncées à maintes reprises par des ONG.

>> À (re)lire : Shâyân, en Bosnie : "C’est horrible d’être mis à l’écart dans des conteneurs. Il faudrait tous nous tester au Covid-19 !"

La Bosnie a promis à plusieurs reprises d'identifier d'autres lieux pour l'hébergement temporaire des migrants, selon la lettre, mais les autorités locales ont plutôt récemment commencé à "menacer de fermer les centres d'accueil (existants), gênant le travail de nos partenaires humanitaires, et à réinstaller de force les personnes vulnérables."

"Ces développements inquiétants suscitent de très sérieuses inquiétudes quant au respect de l'État de droit et des droits de l'homme", a signalé la Commission européenne.

Le gouverneur de la région, Mustafa Ruznic, a déclaré mercredi à l'AP que sa principale responsabilité est de "protéger la sécurité de nos citoyens". La région de Krajina "ne peut pas et ne continuera pas à porter tout le fardeau de la crise migratoire", a-t-il insisté.

 

Et aussi