Une intervention de police à Bruxelles, en Belgique (archives).  Photo: Reuters
Une intervention de police à Bruxelles, en Belgique (archives). Photo: Reuters

Dix personnes ont été interpellées jeudi en Belgique et deux autres au Royaume-Uni, dans le cadre d'une enquête sur une filière de trafic de migrants utilisant des voiliers de location au départ des Pays-Bas, a annoncé le parquet fédéral belge.

Une opération conjointe des forces belge et britannique a permis l'interpellation, jeudi 25 juin, de douze personnes, principalement dans la région de Liège en Belgique, soupçonnées d'appartenir à une filière de trafic de migrants officiant à l'aide de voiliers de location.

Au Royaume-Uni, quatre perquisitions ont été menées dans la matinée par la police de l'immigration, et deux personnes ont été interpellées. En Belgique, dix autres suspects ont été arrêtés et vont être présentés au juge en vue d'une possible incarcération, a encore indiqué le parquet.

Cette enquête, toujours en cours, vise à démanteler une filière de trafic de migrants "active à partir du territoire belge" pour faire passer des migrants vers les côtes britanniques, a annoncé le parquet fédéral belge, précisant que ce réseau avait la particularité d'utiliser des voiliers.

Multiplication des embarcations sur ''l'autoroute de la Manche''

"En Belgique, les migrants étaient logés dans des hôtels de transit, puis conduits vers les Pays-Bas, où ils étaient embarqués sur des voiliers de location depuis le petit port de Breskens" dans le sud du pays, a ajouté le parquet.

Les Pays-Bas disposent d'un littoral moins surveillé et moins bétonné que celui de la Belgique, précise François Gemenne, spécialiste des flux migratoires et chercheur à l'université de Liège et à Sciences-Po Paris, ce qui rend donc cette zone potentiellement plus attrayante pour des traversées clandestines.

>> À (re)lire : "Les passeurs réussissent à faire croire que la traversée de la Manche est facile. C’est faux"

C'est à l'issue d'une de ces traversées, en décembre dernier, que les autorités britanniques avaient pu intercepter 14 personnes au Royaume-Uni.

Le recours à des voiliers comme moyens de passage n'est par ailleurs pas courant. Mais, après l'utilisation de jet-skis et même de kayaks par des migrants pour tenter de traverser la Manche, cette méthode n'est pas une surprise pour François Gemenne. ''Depuis plusieurs mois on assiste à de plus en plus de traversées sur de petites embarcations, poursuit-il. Il faut dire que la Manche est une autoroute maritime et il est important d'avoir des petites embarcations qui soient maniables quand on s'y aventure.''

Le 10 juin, quatre migrants ont été secourus par les garde-côtes français alors qu'ils se trouvaient en difficulté dans le chenal de Dunkerque au large de Calais… à bord de deux planches à voile reliées entre elles.

 

Et aussi