Le Mare Jonio en Méditerranée (archives). Photo: Reuters/D. Zammit Lupi
Le Mare Jonio en Méditerranée (archives). Photo: Reuters/D. Zammit Lupi

Tôt lundi matin, le navire humanitaire Mare Jonio a porté secours à 43 personnes en difficulté sur une embarcation au large des côtes libyennes. Les rescapés, dont des femmes et des mineurs, sont désormais ''sains et saufs'', a annoncé le collectif Mediterranea.

Le navire humanitaire Mare Jonio a porté secours à 43 personnes en mer Méditerranée, lundi 29 juin, ont indiqué les membres de l'équipage sur Twitter.

''Quarante-trois personnes, dont des femmes et des mineurs, étaient à bord d'un bateau en détresse. Maintenant ils sont sains et saufs sur notre navire'', a indiqué le collectif italien Mediterranea, qui affrète le Mare Jonio.

Au moment du sauvetage survenu à 6h20 du matin, cette embarcation de migrants se trouvait à environ 40 miles nautiques (environ 75 km) au nord de la ville de Zouara, en Libye, précise encore le collectif.

''Le bébé né durant un naufrage, lui, est toujours en Libye''

Si Mediterranea s'est réjouie d'avoir pu porter secours à ces personnes, elle s'est désolée, dans un autre tweet, du renvoi, dans le même temps, en Libye de dizaines de migrants cherchant à fuir le pays ces derniers jours. ''Nous avons sauvé 43 personnes mais le bébé né durant un naufrage, lui, est toujours en Libye'', a rappelé l'organisation, en référence à une interception ayant eu lieu au cours du week-end.

Dans la nuit de vendredi à samedi, 93 personnes ont été ramenées en Libye après avoir été interceptées par les garde-côtes libyens alors qu'elles tentaient de rejoindre l'Europe sur une embarcation de fortune. Parmi elles, une femme a donné naissance à bord.

>> A (re)lire : L'Italie accepte les naufragés du Mare Jonio mais place en quarantaine ceux du Sea Watch

Le Mare Jonio, qui a repris ses opérations en mer le 9 juin dernier, avait déjà procédé au sauvetage de 67 migrants le 19 juin. Moins de 24 heures après, le navire avait été autorisé à accoster au port de Pozzallo, en Sicile, et d'y débarquer les rescapés. Une rapidité de réaction inhabituelle de la part des autorités italiennes, que Mediterranea avait saluée.

Pour les bateaux humanitaires à la recherche d'un port sûr, l'attente en mer dure généralement plusieurs jours, voire plusieurs semaines, le temps qu'un accord de répartition des migrants soit trouvé entre plusieurs pays européens.

 

Et aussi