Près d'une cinquantaine de migrants se trouvaient sur cette embarcation à la dérive. Crédit : SOS Méditerranée / Flavio Gasperini
Près d'une cinquantaine de migrants se trouvaient sur cette embarcation à la dérive. Crédit : SOS Méditerranée / Flavio Gasperini

Le navire humanitaire Ocean Viking de l'ONG française SOS Méditerranée a porté secours, mardi, à deux embarcations en détresse au large de l'île italienne de Lampedusa portant à 180 le nombre de rescapés.

Six jours après ses deux premiers sauvetages depuis la crise sanitaire, l'Ocean Viking a de nouveau porté assistance à 63 migrants répartis dans deux embarcations de fortune en détresse, mardi 30 juin. Le nombre de rescapés à bord atteint désormais 180.

La première opération de sauvetage a eu lieu en fin d'après-midi à "30 milles nautiques (environ 55 kilomètres) au sud de (l'île italienne de) Lampedusa dans les eaux internationales sous responsabilité maltaise", a indiqué SOS Méditerranée, qui affrète le navire. Ce sont alors 47 migrants dans une embarcation en bois bleu équipée artisanalement d'un moteur qui ont été secourus. Ils sont principalement originaires du Bangladesh, du Soudan du Sud, du Pakistan et du Ghana.

D'après les premiers éléments recueillis par un journaliste de l'AFP présent à bord de l'Ocean Viking, ces migrants fuyant la Libye ont passé trois jours et trois nuits en mer, avant l'intervention du navire.

>> À (re)lire : Après 5 jours d'attente en mer, la tension monte parmi les rescapés de l'Ocean Viking

Quelques heures plus tard, dans la nuit de mardi à mercredi, 16 Tunisiens dont quatre enfants et une femme, qui affirment avoir quitté les côtes tunisiennes depuis Zarzis la veille au soir pour rejoindre les côtes européennes, ont aussi été secourus. Il s'agit de la quatrième opération de l'Ocean Viking en cinq jours. Elle s'est déroulée à 40 milles nautiques (environ 74 km) au sud de Lampedusa, a précisé SOS Méditerranée.

Les deux premiers sauvetages ont eu lieu jeudi dernier, alors que l'Ocean Viking reprenait ses activités au large de la Libye depuis trois jours seulement, après trois mois d'arrêt lié forcé à cause de la pandémie. L'équipage du navire avait alors porté assistance à 118 migrants fuyant la Libye dans deux bateaux. Dans la nuit de lundi à mardi, l'un d'eux, qui avait immédiatement été placé en quarantaine dans le contexte de la crise sanitaire liée au Covid-19, a bénéficié d'une évacuation médicale à bord d'un navire des garde-côtes italiens.

Malgré plusieurs appels répétés aux autorités italiennes et maltaises depuis samedi, l'Ocean Viking attend toujours l'autorisation de pouvoir débarquer ses rescapés dans un port sûr. L'attente en mer commence à provoquer des tensions à bord, les migrants demandant notamment à pouvoir joindre leurs familles pour les rassurer.

 

Et aussi